16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre : des journalistes et bloggueurs formés au traitement de l'information





Violences basées sur le genre,Ministère de la femme, de la famille et de l'enfant,  journalistes,


Dans la ferveur des 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre (VBG), le ministère de la femme, de la fille'et de l'enfant,  avec l'appui du PNUD, a organisé  le mercredi 27 novembre,  un atelier  de sensibilisation  à l'endroit des journalistes  des médias en lignes, des bloggueurs, des lanceurs d'alerte  et des animateurs des réseaux sociaux, en communication  sur les cas des violences sexuelles.
Les journalistes, pour la plupart membres du réseau des professionnels des médias engagés dans la lutte contre les violences sexuels ( REPMELVS), présidé par Christiane Mahilé, ont pu être Instruits,  par des personnes ressources  sur la situation des VBG y compris les violences  sexuelles sur les enfants en Côte d'Ivoire. L'éthique et la déontologie du journaliste dans le traitement des informations relatives aux violences sexuelles et le cadre juridique des violences faites aux enfants.
D'entrée, Koffi Socrates du ministère de la femme, de la famille et de l'enfant à expliqué que le concept des 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre, créé  en 1991 dans le souci de sensibiliser les ivoiriens sur la prévalence des violences sexuelles. Car séduire lui, en 2018,  2618 cas ont été rapportés dans le système national de collecte des données  dont 735 cas de violences sexuelles avec 517 cas perpétrés sur des enfants de moins de 18 ans.
Les organisateurs ont par la suite tenu à enseigner les journalistes sur les codes à utiliser pour éviter désormais d'exposer les survivantes et leurs familles. Pour ce faire, il est recommandé de ne plus mentionner les noms, d'éviter de présenter les images, ou à défaut,  floutter ces dernières. Etc.
Le Lieutenant Zakei Apollinaire, a pour sa part présenté le cadre juridique qui protège les enfants et les femmes contre les violences basées sur le genre.
Les journalistes, au sortir de cette rencontre  ont dit être désormais outillés pour l'entraînement et la diffusion des questions liées aux violences sexuelles dans tous les canaux dressé communication.
Solange ARALAMON 

En lecture en ce moment

Athlétisme: 3e et 14e Championnats d’Afrique cadets et juniors: Début difficile pour les Ivoiriens

Haine de l’Ivoirien pour l'Ivoirien