Manifestations au Liban: Beyrouth comme un champ de bataille





Liban,Beyrouth,manifestations


Le Liban a connu, ce samedi 14 décembre, la pire journée de violence entre des manifestants et les forces de l’ordre, et ce, depuis le début du mouvement de contestation populaire, le 17 octobre dernier, dirigé contre les dirigeants et la classe politique. Un bilan provisoire, fourni par la défense civile et la Croix-Rouge, fait état d’une centaine de personnes soignées ou hospitalisées. Les forces de sécurité affirment que vingt agents ont été blessés.

Ce 15 décembre au matin, la tension reste palpable dans le centre de Beyrouth, qui ressemble à un champ de bataille. Les rues sont jonchées de pierres, de centaines de douilles de bombes lacrymogènes, de panneaux de signalisation routière arrachés. Certaines bennes à ordures incendiées par les manifestants sont encore fumantes.

Pluie de bombes lacrymogènes

Les affrontements entre les manifestants dénonçant les dirigeants politiques, notamment le président du Parlement, Nabih Berry, et le Premier ministre sortant Saad Hariri, ont été extrêmement violents, samedi 14 décembre. La police anti-émeute a chargé, en début de soirée, des protestataires qui tentaient de forcer une avenue bloquée, menant au Parlement. Sous une pluie de bombes lacrymogènes et de coups de matraques, les manifestants ont été repoussés d’un kilomètre, avant d’être autorisés par l’armée libanaise à revenir vers le centre-ville pour protester pacifiquement. Lire la suite sur rfi

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Le projet de loi portant réforme de la Commission électorale indépendante adopté à la majorité

Droits des femmes-Le Ministre Tchagba Laurent à ses collaboratrices "Il faut que vous preniez votre place"