Élection du président des Ziguehi de Côte d’Ivoire: le candidat Me Appolos appelle ses partenaires à donner une leçon aux politiciens





Les ziguehi,Élection,Me Appolos


Le candidat à l'élection du président des Ziguehi de Côte d’Ivoire (Fédération d'anciens affranchis de la rue),  Me Lelou Appolos Johnson Raphaël, ceinture noire, 6ème Dan de Taekwondo, a appelé ses adversaires qu'il appelle affectueusement "partenaires", à donner une leçon aux politiciens en organisant dans la transparence l'élection.
"A mes partenaires, je dirai quelque chose. On nous regarde. Allons aux élections, organisons bien les élections.  Donnons un exemple aux hommes politiques. Ainsi, ils diront - les voyous se sont entendu, ils ont fait élection. On a cru que ça allait être la guerre, mais ils ont bien organisé leur élection. Il nous faut suivre leur exemple", a appelé Me Appolos, au cours d'une conférence de presse tenue, jeudi, à son académie, sis à la Riviera.
Tout ce que nous voulons, ce sont les élections, a dit le candidat, entouré pour la circonstance par des membres de son staff, rassurant en outre qu'il n'y aura ni bagarre ni explosion. "Les bagarres ne sont plus à l'ordre du jour. Nous invitons par la même occasion, le comité ad'hoc et le comité des Sages à oeuvrer à la reprise de la campagne afin d'aller de façon démocratique aux élections", a-t-il ajouté.
Sur sa candidature, Me Appolos dit être candidat par la volonté de ses frères ziguehi qui ont trouvé en lui des "qualités de leaders et de bon manager"
S'agissant de son adversaire Konaté Lassina alias Vegas, celui là même que le candidat a tout tout au long de la conférence appelé partenaire, Me Appolos soutient qu'il ne se serait pas porté candidat s'il avait su que celui-ci était candidat, par respect pour lui. 
Il a exprimé sa disponibilité à travailler avec "son partenaire" si à l'issue, lui et son équipe sortent perdant. Il dit espérer qu'il en sera de même dans l'autre camp.
Me Appolos a rassuré qu'après leur réorganisation et leur réconciliation, les ziguehi vont poser des actes, des actions et autres oeuvres sociales. 
Pour lui, le ziguehi doit être au service de la population, "prêt demain pour être au service de toute la nation ivoirienne".     
Il a saisi l'occasion pour rendre un hommage appuyé à Félix Houphouët-Boigny, premier président de la République de Côte d’Ivoire, celui qui, selon le conférencier, a été le premier à s'intéresser aux enfants de la rue.    
"Être ziguehi n'est pas une fatalité, être enfant de la rue n'est pas une fatalité. Ce qui est une fatalité, c'est de ne rien faire", a-t-il terminé. 
Lambert KOUAME 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Arafat Dj et les femmes : des histoires d’amour très «coupé-décalé »

Drogba Didier affiche ses intentions de devenir président de la Fif