Un réseau de jeunes plaide auprès du gouvernement pour une procédure spéciale de déclaration d’identité





Carte d'identité


Le réseau ivoirien des jeunes leaders pour l’intégrité (RIJLI) promet d’accentuer son plaidoyer auprès du gouvernement et de l’administration pour la prise d’un décret d’application de la loi du 19 novembre 2018 instituant une procédure spéciale de déclaration et de rétablissement d’identité.

Trois responsables des organisations membres à savoir Blandine Angbako, Ange Brou et Emmanuel Niamké, ont co-animé mardi, au siège dudit réseau, à Abidjan, une conférence de presse pour faire le point des différentes actions déjà menées et dresser les perspectives pour que les voix des jeunes comptent lors des futures séances électorales en Côte d’Ivoire.

Selon eux, la mise en application effective de cette loi permettra à de nombreux jeunes ivoiriens susceptibles d’être sur la liste électorale d’obtenir leurs extraits de naissance et d’entamer la procédure d’inscription sur la liste électorale.

Entre autres recommandations, le RIJLI souhaite la gratuité de la délivrance de la nouvelle carte nationale  d’identité (CNI) dont la phase pilote a démarré, une rallonge  du temps d’enrôlement sur la liste électorale d’au moins un mois, l’inscription du certificat de nationalité au nombre des documents exigés pour sur ladite liste, la mise en place d’un système de basculement systématique des nouveaux majeurs sur la liste électorale, etc.

Les organisations membres du RIJLI disent avoir rencontré des organismes impliqués dans les processus électoraux pour leur expliquer le bien fondé du combat qu’ils mènent pour la jeunesse ivoirienne.

Toutefois, ils disent déplorer le fait que leurs démarches auprès des institutions nationales n’aient pas encore eu gain de cause.  Pour cela, ils envisagent une marche pacifique pour réclamer des conditions d’une plus grande participation des jeunes à ces différents processus électoraux.

« Nous ne sommes pas une branche armée mais un mouvement de la société civile. Nous allons continuer notre plaidoyer. Ce que nous attendons, c’est une mesure spéciale du président de la République », a indiqué M. Brou, révélant que le pourcentage des jeunes sur la liste électoral est passé de 44% en 2015 à 29% en 2018.

Le RIJLI qui regroupe 18 organisations et fédérations de jeunesse, est engagé dans une campagne de plaidoyer intitulée, Pour chaque jeune, une voix » depuis juin 2019, a-t-on appris.

(AIP)

fmo

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Moins de 6 mois après le décès de DJ Arafat: Tina Glamour change de nom

Ouverture du 3e Congrès extraordinaire de l’UPU à Genève : La Côte d’Ivoire assure la vice-présidence du congrès