Licenciement au Secrétariat national au renforcement des capacités/Des employés dénoncent un abus





Secrétariat national à la bonne gouverne,Zorro Bi Ballo


Des employés du Secrétariat national au renforcement des capacités (SNRC) qui ont reçu, il y a quelques jours, des lettres d’information faisant état de ce qu'ils n'ont pas été retenus pour travailler au Secrétariat d’Etat au renforcement des capacités (SERC) et un certificat de travail avec l'entête du SERC, dénoncent un abus dont ils sont victimes.

Selon l'un des employés concernés par la mesure que nous avons trouvé sur place dans les locaux sis aux Deux Plateau-Vallons, ce jeudi 30 janvier, les quatre agents contractuels qui ont reçu la note d’information continuent de s’interroger, comment une structure qui n'a pas embauché ledit personnel peut lui délivrer un certificat de travail?

A lire aussi : Secrétaire d'Etat au renforcement des capacites/Accusé d'abus d'autorité :La réaction de Zoro Bi Ballo

"Depuis 15 jours, M. Epiphane Zoro a décidé de nous vider des bureaux. Pour cela, il a requis l'assistance des gendarmes assignés à la surveillance du SNRC. Les gendarmes en ont référé à leur hiérarchie qui a refusé de s'ingérer dans cette démarche au motif que nous n’avons pas perçu nos droits. Et que cela n'était pas de leur ressort. Par la suite, il a mandaté le DRH  appuyé d'un huissier pour accomplir cette besogne pour le faire. Mais l'huissier leur a fait comprendre que c'était illégal car aucune ordonnance du juge ne lui donne le pouvoir de chasser les employés du SNRC. Face à cette situation, nous aussi avons fait appel à un avocat et un huissier. L'avocat leur a signifié au préalable que les documents d'information de non recrutement et les certificats de travail étant entachés d'irrégularités (comment une structure comme le SERC qui n'existe que depuis moins 6 mois peut licencier un employé qui comptabilise 20 ans d'ancienneté au SNRC), qu'ils prennent le soin de corriger tout cela d'abord, de payer les droits des employés licenciés avant que ceux-ci ne procèdent aux différentes passations de charge et remises de clés. Ce à quoi le DRH et son huissier ont acquiescé en reconnaissant la justesse de l'intervention de l'avocat. Pendant que nous attendons de  recevoir des lettres de licenciement et des certificats de travail en bonne et due forme ainsi que l'intégralité de nos droits, grande fut notre surprise de trouver depuis  le  matin du mercredi  29 janvier 2020 des loubards qui nous accueillent à l'entrée de nos locaux. A la question de savoir le pourquoi de leur présence, ils ont affirmé avoir reçu l'ordre du Secrétaire d'État M. Zoro Epiphane Ballo de filtrer les entrées parce qu'il y a des employés qui n'ont plus le droit d'entrer au SNRC. Ainsi, certains collègues se sont vus refuser l'accès à leur bureau", nous a-t-il fait savoir avec amertume.

En attendant que la situation ne se normalise, les concernés disent ne pas comprendre les raisons qui poussent le secrétaire d’Etat à agir ainsi.

Solange ARALAMON

En lecture en ce moment

Des entreprises de presse bénéficient du financement du FSDP pour le développement de leurs rédactions en ligne

Etats généraux de l’Union des journalistes culturels de Côte d’Ivoire/ Fofana Ali (Président du Comité d’Organisation) : "Il nous faut définir une feuille de route claire"