Coronavirus : Essan Marie-Laure (Pdte de la FIRAPE) « J’exhorte l’Etat Ivoirien à ne pas faiblir »





Coronavirus,FIRAPE,Essan Marie-Laure


Après les mesures arrêtées par le Conseil national de sécurité (Cns), pour lutter contre la pandémie du Coronavirus, lors de sa réunion du lundi 16 mars 2020, à Abidjan, la présidente de la Fédération ivoirienne de randonnée pédestre et de bien-être (FIRAPE), Essan Marie-Laure, exhorte l’Etat de Côte d’Ivoire à être ferme et ne pas faiblir. Par ailleurs, elle invite les Ivoiriens à prier pour la Côte d’Ivoire afin que le pire n’arrive pas au pays.

Face à la pandémie du Coronavirus, quelles sont les dispositions prises par la Fédération ivoirienne de randonnée pédestre et de bien-être (FIRAPE) ?

La Fédération ivoirienne de randonnée pédestre et de bien-être a déjà pris conscience, dès le départ de la pandémie du Coronavirus, qui a commencé en décembre 2019 en Chine. Il est bon, en tant que randonneur et pour la vie des Ivoiriens et des randonneurs, de soutenir l’Etat de Côte d’Ivoire. C’est dans ce sens-là que, lors du 8 mars 2020, en prélude de la Journée internationale des droits de la femme, nous avons fait des pas de prière pour soutenir toutes les personnes frappées par la maladie et des pas de prière pour protéger notre pays. Dans ce même élan, nous sommes toujours en train de prier pour éviter que la Côte d’Ivoire soit très touchée. Seul Dieu pourra nous aider à préserver notre pays. Notre prière, c’est de faire en sorte que la Côte d’Ivoire ait le moindre mal. Nous avons instauré le sport collectif pour donner la force à ceux qui sont épris de sport. Il est important pour qu’on puisse leur dire de faire le sport de façon solitaire.

Depuis le 16 mars dernier toutes les activités de masse sont interdites. Comment pratiquez-vous vos exercices ?

Nous ne pratiquons plus d’activités de masse. C’est de façon individuelle que les randonneurs pratiquent les exercices. Et ce, de façon solitaire dans leurs différents domiciles. Solitaire, parce que c’est la seule manière de ne pas être stressé en cette période  difficile. Cela va les permettre de ne pas garder la sédentarité et éviter les maux. Les activités collectives sont totalement arrêtées. Ce sont des activités individuelles qui se pratiquent à domicile. Mais nous avons demandé à tous les randonneurs d’être à la maison. Ils peuvent faire des exercices physiques à la maison. Depuis 5 ans, nous pratiquons ensemble la randonnée pédestre. Donc, les acteurs maîtrisent tout et ils peuvent le faire chez eux. Nous demandons aux randonneurs d’être la police auprès des autres, afin d’éviter qu’ils fassent des regroupements. Des randonneurs se sont transformés en policiers  pour faire la ‘’répression’’ auprès de ceux qui ne respectent pas les consignes. Pour nous, ce sont les randonneurs qui, à travers leurs messages, pourrons éviter la contamination et la propagande du Coronavirus. C’est un impératif de respecter les consignes, vu qu’on peut être un porteur sans faire la maladie pendant 14 jours. Des gens peuvent penser qu’ils sont immunisés, alors qu’ils sont porteurs. Il faut que les randonneurs que nous sommes, fassions la police auprès de ces personnes pour leur demander d’éviter les attroupements. Les regroupements ne sont pas bons pour nous et pour la Côte d’Ivoire. Il est important de faire passer sur les réseaux sociaux des messages de sensibilisations et du respect strict des décisions prises par le Conseil national de sécurité (Cns), et aussi appeler tous les responsables de clubs de faire attention aux  regroupements. Nous attirons, également, l’attention de tous ceux qui veulent brader les mesures et disposition sécuritaires. Les Ivoiriens doivent savoir que la situation est sérieuse. J’accorde du prix aux décisions prises par le Gouvernement pour le bien-être de la population. Tout ce qui va pour le bien-être et pour sauver des vies a sa raison d’être, et il faut le soutenir. Je loue la bravoure du Gouvernement et du ministère de la Santé ainsi que l’OMS, pour tout ce qu’ils font. A nous de prendre en charge nos familles et notre environnement. A travers des consignes qu’on a données.

Quelles sont les conséquences de cette pandémie ? Et pourquoi, selon vous, le gouvernement doit rester ferme ?

La pandémie du Coronavirus a un véritable impact sur l’économie nationale et internationale. La fermeture des frontières a aussi des inconvénients sur l’économie. Mais, ce n’est pas pour autant qu’il faut braver les consignes. Il faut tenir bon jusqu’au bout, car la vie humaine est importante. Le Gouvernement doit rester ferme parce que le danger est d’ordre général. Le Gouvernement se doit de protéger la population. Pour protéger la population, il faut veiller à ce qu’elle respecte les mesures. Le Gouvernement doit fermer toutes les frontières. Il doit retracer tous ceux qui sont susceptibles d’être contaminés pour éviter la propagande.  Seule, avec la fermeté, on pourra atteindre notre objectif. C’est pour cela que je demande  aux Ivoiriens de ne  pas jouer avec cette pandémie. L’Ivoirien doit prendre conscience que c’est une réalité et non un leurre. J’exhorte l’Etat Ivoirien de ne pas faiblir. Nous, déjà, nous avons ouvert l’action de sensibilisation à travers notre marche du 7 mars dernier. Comme j’ai lancé le message le 7 mars dernier, les randonneurs continuent de prier dans leurs maisons, partout où ils se trouvent, de demander à Dieu de couvrir la Côte d’Ivoire contre le Coronavirus. Seul Dieu peut nous sauver. En ces temps de carême chrétiens où les anges pourront transmettre nos messages à Dieu. Je demande à tous les chrétiens catholiques de faire des prières à l’endroit du Coronavirus, de montrer que seul Dieu à la main sur la Côte d’Ivoire et lui seul peut éradiquer ce fléau. Dieu seul sait, pourquoi cela est arrivé. J’exhorte toute la population ivoirienne à respecter les consignes et à prier pour la Côte d’Ivoire.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Nicolas Pépé nommé pour le titre de meilleur Joueur du mois de janvier en Ligue

Sénégal/BRVM : Pierre Atépa démissionne de la présidence du Conseil d’administration pour se porter candidat à la présidentielle