Lutte contre la propagation du Covid-19 : quel masque de protection efficace pour éviter l’infection ?





cache-nez,masque de protection,covid-19,coronavirus


C’est désormais une mesure recommandée par les autorités sanitaires ivoiriennes. Le port du masque de protection est devenu essentiel pour lutter contre la propagation du coronavirus. Et le directeur général de la Santé l’a officiellement dit : " Nous considérons que l’épidémie est généralisée notamment à Abidjan donc le port du masque s’avère nécessaire. Nous remarquons que beaucoup d’entre nous ne respectent pas la distanciation sociale. Le masque a pour effet à la fois de nous protéger, mais de protéger celui qui le porte". Une mesure qui devrait, puisqu’elle est désormais officielle, être respectée par l’ensemble des Abidjanais. Mais le masque protège-t-il réellement ? À quelle condition est-il efficace ? Tous les masques sont-ils adaptés ? Autant de questions qui méritent des réponses quand on sait que la communauté médicale mondiale elle-même ne s’accorde pas vraiment sur le port du masque comme protection contre le Covid-19.
Selon un médecin que nous avons rencontré, mais qui a requis l’anonymat, étant entendu que ces interventions doivent avoir l’aval de ses supérieurs, "on ne porte pas le masque de protection ou cache-nez pour le porter". Car précise-t-il, mal utilisé, il peut être une source de contamination. Il pense qu’il faut sensibiliser la population sur comment l’utiliser. Il prévient qu’une fois porté, le masque de protection ne doit pas être manipulé. "Certains le mettent sur le menton pour parler, manger, etc. puis le remettent. C’est dangereux. Car ton masque de protection devient dangereux pour celui qu’il est censé protéger. Il prend les virus et autres bactéries et les conduisent directement au nez ou à la bouche", fait-il savoir. Avant d’ajouter : "Il faut savoir que chez nous, les cache-nez sont efficaces pour quelque temps. Ils ont des durées de vie limitées à 2 h ou 4 h maximum. Au-delà, ils deviennent des sources d’infection. Quand je me promène, je constate qu’ils sont vendus à 500 FCFA. Combien d’Ivoiriens sont-ils prêts à voter un budget de 1000 FCFA ou 1500 FCFA par jour juste pour les cache- nez ?", s’interroge-t-il. Déplorant que face à la pandémie, la population s’attache à tout ce qui ressemble à un masque de protection sans véritablement juger de son efficacité.
"Quand on parle de masque de protection, c’est qu’il est doté de filtre capable de bloquer les microbes, bactéries et autres virus. Il tient donc compte de certains paramètres. Mais, le porteur du cache-nez qui en porte relâche la vigilance alors que son masque n’est pas efficace. Là aussi, il y a un effort de sensibilisation".
Au total, notre interlocuteur recommande, comme le directeur général de la santé, le port du masque de protection. Seulement, il craint une mauvaise utilisation de ces derniers ou une utilisation de cache-nez inadaptés qui pourraient produire l’effet contraire. Pour cela, il préconise la prudence, mais également une bonne sensibilisation des populations.

Modeste KONE

(credit photo : AIP)
 

En lecture en ce moment

Procédure contre Soro, le procureur enfonce le clou : "le siège de ce mouvement politique servait à l’entreposage d’armes"

Inauguration route Adzopé-Yakassé Attobrou : "Quand Ado dit, Ado fait" (Ouattara)