Épitre à Mabri







Cher aîné, avant tout propos, excuse-moi pour la voie utilisée et pour la forme de ce message  familial que je t’envoie.

Depuis quelques temps, ton nom est à la Une de l’actualité nationale. Mabri par-ci, Mabri par-là. Connaissant ton humilité légendaire, je sais que cette posture t’est inconfortable. Depuis que tu as refusé de te lever à l’Ivoire là où tout le monde était debout, tu as commis une faute. A la limite, tu aurais même pu faire semblant de te lever. Telles que les choses se sont passées, tes adversaires politiques et même ceux qui (comme moi)  ont de l’admiration pour toi ont conclu que tu as humilié le Chef à qui tu venais pourtant de rendre un vibrant hommage. N’empêche, l’eau est versée. Ici-bas, nul n’est infaillible. La pomme de discorde est sans conteste, le mode de désignation du candidat du Rhdp qui ne te convenait pas. Le commun des mortels a cru, par ton attitude,  que tu n’avais pas été consulté ni informé au préalable. Or, tu sais, en âme et conscience, que le chef de l’Etat et le Premier ministre Amadou Gon lui-même ont eu la courtoisie de parler avec toi avant cette réunion de l’Ivoire. Tes partisans tombent des nues quand cette version irréfragable des faits leur parvient. Bref, ce qui est fait est fait, passons. Le plus important, c’est comment rebondir et te repositionner comme une personnalité incontournable du système politique ivoirien.

Ils sont nombreux, les gens qui te poussent à quitter le Rhdp et à candidater pour la prochaine présidentielle. C’est vrai. Toutes les ambitions sont légitimes. Mais, l’histoire nous enseigne que tous ceux qui ont changé au gré du vent ont eu un destin de feuille morte.

Tu es un garçon brillant et très intelligent, c’est pourquoi je pense que tu sauras faire la différence entre les gens qui cherchent leur propre bonheur et ceux qui cherchent ton bonheur.

Tu es aujourd’hui vice-président du Rhdp, tu étais sur le point de devenir président d’une institution de la République, n’eût été la tournure des événements. AGC n’est certes pas parfait comme tous les êtres humains. Mais de loin, il est la meilleure chance du Rhdp de gagner la prochaine présidentielle. De par ta position, tu sais qu’il a un solide bastion, une équation personnelle et surtout  le soutien d’Alassane Ouattara. Es-tu sûr qu’avec la machine qui le porte, tu  peux le battre en ce moment dans une compétition électorale ? Si non, à quoi ça sert de candidater si ce n’est pas pour l’emporter.  Que gagnes-tu à être troisième ou quatrième après avoir investi ton argent et ton énergie. N’oublie pas que le Pdci de Henri Konan Bédié et les deux blocs du  Fpi sont aux aguets. Leur rêve ultime  est de te voir quitter le Rhdp pour les rejoindre en restant bien calé derrière eux, pas devant.

 Si cela peut te servir, jette un coup d’œil sur les résultats de 2010 pour réaliser que le chemin qui mène au palais est parsemé d’embûches.

A mon humble avis, il est de loin préférable pour toi que tu restes dans le système Rhdp, tu gagnes avec AGC et progressivement, tu te tailles un costume de Président. Tu es encore jeune et tu as l’avenir avec toi. Le jour où Dieu, le seul maître du destin des hommes, décidera que tu seras le président de ce pays, tu n’auras même pas à mouiller le maillot. On ira te chercher comme Guéi Robert pour te couronner. Cela  dit, remets de l’ordre chez tes partisans. Resserre les rangs. Chasse le démon de la division. Ramène chacun à son poste. Tu en seras le grand gagnant. Au besoin, mets en mission les chefs de Danané pour présenter tes excuses à tes alliés senoufo dont certains sont encore sous le choc.

 La déclaration de la direction de l’Udpci qui vient de prendre acte de la désignation d’Amadou Gon comme le candidat du Rhdp est un bon premier pas. Tu peux encore pousser le bouchon loin en t’engageant fermement dans la quête pour la victoire du Rhdp au soir du 31 octobre.  On récolte toujours ce qu’on a semé.

Très fraternellement,  ton ami

 

MT.                        

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / A propos de la CEI : " Il faut que le citoyen n’ait aucun doute" (Dr Néné Bi Arsène, APDH)

Déclaration du RAMEDE-CI face aux violences sexuelles sur les mineurs