Samuel Eto’o: «Il faut un sursaut d’orgueil» en Afrique face au coronavirus





Samuel Eto'o,Afrique,coronavirus


RFI vous propose de découvrir le regard que porte l'une des stars du continent africain, l'ancien international de football camerounais Samuel Eto’o, sur la pandémie de coronavirus. Sa fondation vient de conduire au Cameroun une caravane d'aide aux populations les plus démunies. Pourquoi cet engagement, quelles leçons la star tire-t-elle de cette épidémie à titre personnel et pour le continent africain ? Comment voit-il l'avenir proche des compétitions de football en Afrique bouleversées par le Covid-19?

Quel enseignement personnel tirez-vous de ces longues semaines de confinement ?
Samuel Eto’o : Il est clair pour moi qu’avec ce qui s’est passé, je passerai 60, 70 voire 80% de mon temps auprès de ma famille… parce que vous pouvez vous retrouver un beau matin sans votre enfant, sans votre épouse, sans même l’un de vos parents. Avec ce qui s’est passé, on a compris qu’il n’y a rien de plus important que les gens qu’on aime vraiment. La famille, certains amis, il n’y a rien de plus important que cela.

Votre fondation Samuel Eto’o vient donc de mener un projet d’aide aux populations les plus démunies du Cameroun. Concrètement, qu’est-ce que vous avez fait ?
C’était axé sur deux volets. Premièrement, il fallait sensibiliser les populations. Et le deuxième volet, c’était d’accompagner les gens pour qu’ils restent au maximum chez eux. On a pu distribuer du riz, de l’huile, du gel, du savon et même de l’eau potable pour permettre à nos compatriotes de tenir, parce qu’en Afrique, le secteur informel est très grand - il est même plus important que le secteur formel-. Les gens vivent au jour le jour. Et si les gens ne peuvent pas sortir pour gagner un peu d’argent, ils ne peuvent pas nourrir leur famille. Alors comment vont-ils faire ? Lire la suite sur rfi.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Moins de 6 mois après le décès de DJ Arafat: Tina Glamour change de nom

Côte d’Ivoire: Blé Goudé réagit à sa condamnation et dénonce une ” instrumentalisation judiciaire”