Religion : Le COSIM et le CODIS autorisent les prières collectives dans les mosquées de l’intérieur du pays





Coronavirus,Covid-19,ouverture des mosquées


Le Conseil supérieur des imams et des affaires islamiques (Cosim) et le Conseil des imams sunnites (CODIS) autorisent les prières collectives dans les mosquées de l’intérieur du pays, indique un communiqué dudit comité, signé par son président, l’Imam, Bachir Ouattara.

Après une réunion tenue ce samedi par le comité de veille, ces deux faitières (Cosim et du Codis) ont donné leur accord pour que les cinq prières obligatoires se fassent dans les mosquées de l’intérieur du pays.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la maladie à coronavirus, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures restrictives, notamment l’interdiction des grands rassemblements. Depuis lors, les mosquées et autres lieux de cultes sont restés fermés.

Avec l’évolution des choses, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, dans son message à la nation le 7 mai a annoncé un allègement de ces restrictions en ce qui concerne l'intérieur du pays, entre autres, la levée du couvre-feu, l’ouverture des espaces publics avec un nombre maximum de 200 personnes et en veillant aux mesures de distanciation.

C’est dans ce cadre que le comité de veille Covid-19 de la communauté musulmane a autorisé l’ouverture des mosquées de l’intérieur en veillant au respect de certaines mesures, dont, le lavage des mains avant d’entrer à la mosquée, le respect de 200 fidèles dans la mosquée, le respect de la mesure de barrière de distanciation, et la fermeture immédiate de la mosquée après l’accomplissement de chaque prière obligatoire.

Quant aux fidèles, ils devront aller à la mosquée avec leurs cache-nez et leur tapis de prière.

 Les imams et les comités de gestion devront prendre toutes les dispositions pour le respect desdites mesures, ajoute le communiqué, invitant les responsables des comités locaux à veiller au strict respect de ces dispositions et à rendre compte quotidiennement au comité national de veille COVID-19 de la communauté musulmane, ajoute le communiqué, précisant que ces dispositions ne concernent pas le grand Abidjan.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Prendre son destin en main

Un couple meurt quelques minutes seulement après son mariage