RD-Congo : Ouverture ce lundi du procès "des 100 jours"





procès des 100 jours,rdc,vital kamerhe


Un procès anti-corruption sans précédent s'ouvre lundi en République démocratique du Congo avec sur le banc des accusés le principal allié du chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, son directeur de cabinet, Vital Kamerhe, au coeur des jeux de pouvoir depuis près de 20 ans.

Les poursuites contre Vital Kamerhe entrent dans le cadre d'une vaste enquête anti-corruption supposée marquer le "renouveau" de la justice congolaise dans la lutte contre la corruption et l'impunité des élites depuis l'indépendance le 30 juin 1960.

Ancien président de l'Assemblée nationale et principal allié du président Félix Tshisekedi dans sa conquête du pouvoir, Vital Kamerhe est en détention préventive depuis le 8 avril  à Kinshasa.

Au lendemain de son incarcération, les élus du parti de M. Kamerhe avaient dénoncé "l'arrestation arbitraire" et l'"humiliation" subie par leur chef de file.

Le procès devait s'ouvrir vers 10H00 GMT en "audience foraine" dans l'enceinte même de la prison de Makala où il est incarcéré.

 

La chaîne d'Etat RTNC et une autre télévision, Canal Futur, devraient retransmettre le procès, d'après des sites d'information congolais.

Sur les réseaux sociaux, ses partisans dénoncent une affaire visant à l'écarter de la présidentielle de 2023.

M. Kamerhe nie les faits qui lui sont reprochés et estime que tous les marchés publics ont été "hérités" du précédent gouvernement, affirmant qu'"aucun contrat de marché public de gré à gré ne porte sa signature", selon l'ordonnance de rejet de sa demande de remise en liberté provisoire du 11 avril.

 Marie-Claude N'da (stg)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Yopougon-Gesco : Un homme de 24 ans viole une fillette de 9 ans

Journée internationale de la Femme: le gouvernement prône le numérique comme moyen d’autonomisation