CAFOP : Abdoulaye Kouyaté explique pourquoi la formation passe à 3 ans





CAFOP,Abdoulaye Kouyaté,3 ans,formation,concours


Dorénavant, les années de formation au Centre d’animation et de formation pédagogique (CAFOP) passent de 2 ans à 3 ans. Profitant du lancement du concours d’entrée dans cette structure, le directeur de cabinet du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Abdoulaye Kouyaté, a expliqué les raisons de ce changement. 
" La formation au primaire et au préscolaire est le substrat de notre système éducatif. Pour cela, il faut que les futurs maîtres soient bien formés aussi bien au plan académique que pédagogique. Une chose est d'avoir la connaissance, une autre chose est de pouvoir la transmettre. Nous voulons allier la connaissance académique à la connaissance pédagogique. De sorte que l'instituteur ait tous les outils nécessaires pour donner une formation de base", a fait savoir le représentant de la ministre Kandia Camara à la presse, au lycée 2 de Gagnoa. Ajoutant : " On ne va plus se limiter à la formation et à l'instruction. Mais à l'éducation de l'enfant. C'est pourquoi le gouvernement a décidé que la formation passe à 3 ans".
Abdoulaye Kouyaté a expliqué qu’" à partir de ce moment-là, nous pensons que l'élève maître a eu la formation qu'il faut. Dans toutes les structures, c'est 3 ans la formation. Nous voulons nous arrimer à cette pratique pour que les élèves maîtres soient bien formés et en retour, ils forment bien les apprenants".
Parlant de la fraude tant décriée à ce concours, le député de Lakota commune et sous-préfecture a rassuré : " Depuis près de 10 ans, nous faisons en sorte que le concours du Cafop soit débarrassé de toute intention de fraude (…) nous avons pris toutes les dispositions pour éviter la fraude. Les sujets sont sécurisés". 
Pour cette session, ce sont 62 000 candidats qui postulent à entrer au CAFOP sur 5 000 places disponibles. Le seul district du Goh-Loh Djiboua compte 2 745 candidats.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/Non installation du maire du Plateau: "Le gouvernement assumera ce qui va arriver", prévient la JPDCI

Accès à l’assainissement-Un expert formel : "L’assainissement collectif est un suicide pour l’Afrique"