Obsèques de Gon Coulibaly: la dépouille du premier ministre accueillie dans la douleur et la dignité





Obsèques d'Amadou Gon Coulibaly,Korhogo,Premier ministre


Décédé le 8 juillet à Abidjan, la dépouille mortelle du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a foulé la terre natale, Korhogo (Nord de la Côte d'Ivoire) ce mercredi où l'attendaient les populations qui jusque là, ne croyaient pas pour certaines que leur porte flambeau est vraiment décédé. 

Depuis l'aéroport,  le "Le Lion " a été escorté par une foule sortie nombreuse à cet effet.
A la place 14, jeunes, vieux, parents et amis l'attendaient dans la tristesse, mais dans la dignité,  encadrés par les forces de l'ordre qui veillaient au grain. 
A 18h26, un motard,  avec gironphare annonçait que le cortège n'était pas loin et comme il fallait s'y attendre, le cortège du Premier ministre fit son apparition.  C'est sous des applaudissements et au son des klaxons que Amadou Gon Coulibaly a été accueilli. 
Pendant que long cortège se dirigeait vers la cour familiale du Premier minsitre, et que certains scandaient "président , président", que d'autres ont réalisé que Amadou Gon Coulibaly a vraiment quitté la terre des vivant. 

Pendant que le cortège se dirigeait vers la cour familiale, des femmes ne pouvant plus se retenir, étreinte par la douleur ont fini par éclater en sanglots.
L'on pouvait entendre "donc c'est vrai", histoire de dire que ces personnes viennent de réaliser que le Premier ministre est vraiment parti.  
Après l'Hommage de la nation au Premier ministre ce mardi, sa formation politique, le RHDP lui a également rendu hommage ce mercredi avant le transfert de sa dépouille à Korhogo où une veillée de prière est prévue de 20 h à 22h.
Jeudi, des hommages lui seront rendus avant l'hinumation, prévue vendredi au caveau familial.
Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

Côte d'Ivoire / Incarcération de Alain Lobognon à la MACA : Les femmes de Fresco demandent sa libération

Présidentielle 2020 : "le PDCI arrive avec un programme robuste, exécutable, réaliste" (Guikahué)