Revue de Presse : Présidentielle 2020, voici comment les journaux ivoiriens interprètent la candidature d’Alassane Ouattara





Alassane Ouattara,Présidentielle d'Octobre 2020,Revue de presse


Le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a annoncé  le 6 août sa candidature à la présidentielle d’octobre 2020. Une décision qui ne suscite pas l’unanimité dans la presse ivoirienne. C’est le constat qui est fait dans la revue de presse de ce lundi 10 aout 2020.

En effet, certains quotidiens ivoiriens ont affiché leur désapprobation face à la candidature du président Ouattara. C’est le cas de Le Temps qui barre à sa une ‘’ Après l’annonce d’un troisième mandat, la Côte d’Ivoire en colère et en ébullition’’ . Le Belier indique également à la première page ‘’ Annonce de sa candidature en violation de la Constitution, Ouattara s’entête et franchit le Rubicon ‘’.  

"Adresse à la Nation du chef de l’Etat le 6 août 2020, la Côte d’Ivoire a désormais son premier Pharaon", mentionne L’Héritage. Et Le Bélier Intrépide de s'interroger "Présidentielle 2020/ voulant forcement faire un troisième mandat, Ouattara veut-il bruler la Côte d’Ivoire ?". Pour sa part, Notre Voie pointe à sa page d’ouverture ‘’ Ennemi de la démocratie qui s’accroche au pouvoir, Ouattara montre son vrai visage au monde ‘’

De l'autre côté, d’autres journaux sont solidaires à la décision du chef de l’Etat de briguer un autre mandat. "Candidat à la présidentielle 2020, Ouattara répond à l’appel du peuple", peut-on lire à la Une de Le Mandat tandis que Le Matin indique en manchette "Présidentielle du 31 octobre 2020, débout, les Ivoiriens saluent la candidature de Ouattara". Même son de cloche pour le Patriote : "Alassane Ouattara, candidat à la présidentielle 2020, Le sens d’un sacrifice". Quant à Le Jour Plus, il mentionne à sa première page "Présidentielle 2020 : Ouattara répond à l’appel du peuple. Une candidature légale et légitime"

Gael Z

En lecture en ce moment

Crédit Suisse : Que cache la démission de Tidiane Thiam ?

Notre-Dame: près d'un mois après l'incendie, où en est l'enquête?