Affaire ''Didier Drogba lâché par son directeur de campagne '' : toute la vérité





Football,Didier Drogba,Sinani Dosso


Affaire Didier Drogba lâché par son directeur de campagne : Toute la vérité 

Une rumeur lancée ce jeudi par un journaliste pro-Sory Diabaté,  répondant au nom de Martial Gohourou, a annoncé la démission du directeur de campagne de Didier Drogba à l'élection du président de la Fédération ivoirienne de football ( Fif), Sinani Dosso.  A en croire le journaliste, le président de l'Entente Sportive du Bafing était déçu de l'ancien capitaine des Éléphants de Côte  d'Ivoire  qui ne l'aurait pas épaulé pendant sa maladie. 
 ‘’ Sinani Dosso a été choqué par le manque d’humanisme de Didier Drogba. Il est tombé gravement malade. Il n’a pas reçu un seul coup de fil du champion d’Europe 2012. Le manque de compassion de ce dernier, à son égard, a fini par le convaincre qu’il a commis l’erreur de quitter ses anciens compagnons’’ rapporte ledit journaliste 

 Une information fausse , selon  Sinani Dosso, qui à travers une publication sur son compte Facebook, a dit sa part de vérité.  

L'intégralité du message posté par Sinani Dosso, directeur de campagne de Didier Drogba 

LE CHANT DES CORBEAUX
Monsieur Martial  Gohourou
NON JE N’AI PAS DEMISSIONNE
HUMANISTE, DIDIER  DROGBA L’EST.
C’est le 16 mars 2020, que cet homme, ce digne fils de la Côte d’Ivoire, m'a fait l’honneur en me nommant en qualité de directeur de campagne.
Cela m’impose le devoir de loyauté, de sincérité.
J’ai cru en son projet ; je crois en ce projet
J’ai travaillé dans cette équipe avec conviction et sans relâche.
Mon engagement n’a été conditionné que par la valeur énoncée du projet Renaissance et par l’envergure de l’homme Didier.
Comme tous ceux qui travaillent pour le développement du football ivoirien, mon rêve est de voir ce football sortir des difficultés que nous rencontrons depuis quelques années à cause de l’insuffisance des moyens malgré les efforts qu’a fournis l’équipe sortante.
Notre football a besoin d’une véritable révolution. Il faut du courage et de la détermination, du savoir, du savoir-faire et du savoir être car il s’agit de gestion technique, administrative et sociale.
Mon engagement n’a donc pas été motivé par un sourire, par un bonjour, ou par la quête de quelques présents personnels que ce soit venant de Didier Drogba. Je ne suis pas un mendiant ou un affectif béat.
Messieurs (tous), sachez que Sidy Diallo est mon ami, c’est un homme généreux, il est toujours à mes côtés dans toutes les circonstances de nuit comme de jour.  Sory Diabaté est mon neveu. Sur lui j’ai l’avantage de l’âge et du sang. En dehors de l’arène sportive il me voue un respect d’aîné comme tout bon Malinké.  Malick Tohé, l’un des plus grands soutiens de Idriss Diallo, est comme un frère de sang.  Ce sont des hommes que je respecte et qui me le rendent
Je pouvais intégrer l’un des deux staffs sans effort à n’importe quel poste et jouer les premiers rôles de manière naturelle et sans être contesté.
Mais j’ai choisi DIDIER DROGBA parce que j’ai cru en lui, j’ai cru en son projet.
Je ne le trahirai jamais.  Je lui dirai toujours la vérité ou du moins ce que je crois être la vérité.
C’est ce que j’ai fait depuis le 16 mars 2020. C’est ce que je continue de faire.
Mais malheureusement pour moi, j’ai eu des problèmes de santé à partir du 06 juillet 2020. Sur conseil de mes médecins et en accord avec Didier Drogba lui-même, je suis obligé de me tenir physiquement loin de l’équipe.
Il m’a rendu visite le 08 juillet 2020 à la PISAM.  Cette visite m’a énormément réconforté. 
Il est donc faux de dire que DIDIER m’a ignoré pendant que j’étais à la PISAM et pretexté qu’il manque d’humanisme.
Mes amis, Anzouan Kakou, Dicko Adama,   Dia Mamadou, Sangaré Mamadou, Professeur Bana, Sory Diabaté et bien d’autres sont venus eux aussi me rendre visite.
J’ai reçu beaucoup d’aide de la part de tous les amis.

Alors monsieur Martial  Gohourou, si vous voulez avoir des informations, l’équipe de la renaissance  est disponible.  
La déstabilisation de notre équipe ne marchera pas

Ne prenez pas le Tam-Tam des corbeaux et des hiboux pour rythmer le chant de alouettes. De grâce.

La route est difficile et longue aujourd’hui, mais la finalité est certaine si nous persévérons.

Tous les ivoiriens ont le devoir patriotique, de protéger notre icône au nom de la grandeur de notre nation.
Soyons ivoiriens, soyons patriotes.
Que Dieu Bénisse la Côte d’Ivoire dans la paix et la stabilité.

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Plus de 700 cas de violences sexuelles rapportés au ministère de la Femme en 2018

Affaire Eudoxie Yao agressée en France : Mike Le Bosso dit sa part de vérité