Alassane Ouattara dresse le bilan de sa visite d’Etat dans le Moronou





Visite d'Etat dans le Moronou,Alassane Ouattara,Bilan face à la presse


Le président de la République Alassane Ouattara a effectué du 9 au 12 septembre, une visite d’Etat dans la région du Moronou, visite au cours de laquelle il a tenu des meetings successivement à Arrah, M’Batto et à Bongouanou.

Au terme de cette visite de 72 h chez les Morofouê, le chef de l’Etat a fait, face à la presse, le bilan de cette tournée.

 

"J’ai visité cette région du 9 au 12. Je suis arrivé ici le mardi, à Bongouanou. J’ai pu tenir le conseil des ministres, le même jour, dans la matinée, jusqu’en milieu de l’après-midi. Le lendemain, nous avons visité Arrah, c’était le jeudi. Et le vendredi, nous avons pu visiter M’Batto. Et aujourd’hui, évidemment, c’était le meeting régional, à Bongouanou. Et je dois dire que nous avons eu un séjour particulièrement chaleureux. Nous avons, à l’occasion du mercredi 9, eu le conseil des ministres. Mme la préfète de la région nous a fait le point sur la situation de cette région. Et nous avons en même temps profité, l’après-midi, nous avons mis sous tension la localité de Nana-Assouakro, à 10 km à peu près de Bongouanou.

Le jeudi 10 septembre, nous étions à Arrah, où nous avons procédé à la mise sous tension de la localité d’Assikro et nous avons fait un meeting à Arrah. Je pense que certains d’entre vous étaient présents. Il y a eu une très forte mobilisation. Et dans l’après-midi du jeudi, nous avons tenu une rencontre avec les rois, les chefs traditionnels, les guides religieux, les cadres et les élus. Là, évidemment, nous avons parlé de paix et de développement. Le vendredi 11, c’était l’étape de M’Batto. Nous avons fait escale à Assaoufoué qui le village de mon frère Ahoua N’Doli. Ce fut une belle occasion de rencontrer la maman d’Ahoua qui a 92 ans, et de communier également avec la famille et la population. Nous avons ensuite procédé à la mise sous tension du quartier d’Assié-Akpêssé, qui a 1300 habitants, et nous avons tenu un meeting à M’Batto et fait la mise en service de l’unité de renforcement de la production d’eau potable de la ville de Bongouanou. Cette unité, d’une capacité de production d’eau potable de 2000 m3 par jour, permettra de couvrir les besoins actuels des abonnés de cette ville et d’alimenter la ville voisine de Kotobi. Aujourd’hui, samedi 12 septembre, nous avons commencé, ici même à Bongouanou, par la mise sous tension de l’extension électrique du quartier de Broukro, à Bongouanou. Et le meeting final, je pense auquel vous avez tous assisté.

 

Ce que je voudrais dire après les visites dans les trois départements, c’est qu’à chaque étape, nous avons été accueillis avec beaucoup de ferveur, une mobilisation exceptionnelle. Et nous avons pu faire le bilan des réalisations depuis 2011. Car comme vous le savez, toute cette région n’a pas eu beaucoup d’investissements avant 2011. Nous avons commencé et nous considérons qu’il y a encore beaucoup à faire. J’en ai parlé ce midi donc je ne voudrais pas revenir là-dessus. Mais j’ai beaucoup insisté sur les aspects de paix, de cohésion sociale puisque cette région est connue pour avoir connu la paix même pendant les périodes les plus difficiles. Je voudrais donc terminant ce bref exposé, remercier le roi d’abord, les chefs traditionnels, les guides religieux, les cadres et les élus et toutes les populations pour l’accueil qui nous a été réservé, à la Première dame, à toute la délégation qui m’a accompagné et à moi-même.

Cette région, je la connais bien puisque deux de mes frères sont nés ici, ont grandi ici. Et donc je venais souvent les voir puisque ce n’est pas loin de Dimbokro. Vous savez que toute la région de l’Iffou, du Moronou et du N’Zi, les trois formaient le N’Zi Comoé. Donc c’est la même région que j’ai eu l’occasion de visiter dans mon enfance. Donc, je suis heureux d’avoir pu effectuer cette visite d’Etat, que nous avions déjà programmée déjà depuis le mois de mars. Mais en raison de la pandémie de la Covid-19, nous n’avons pas eu l’occasion de le faire plus tôt. Maintenant, c’est chose faite. La dernière région qu’il nous reste à visiter, c’est celle de la Marahoué, du 23 au 26 septembre. Ainsi, pendant mes neuf mandats et demi, j’aurais pu visiter les 31 régions de Côte d’Ivoire. Evidemment, les deux districts aussi que j’ai eu l’occasion de visiter assez souvent. Voilà, mesdames et messieurs, les journalistes, je vous remercie d’être présents, d’être nombreux. Comme vous le constatez, j’ai quasiment perdu la voix, je ferai de mon mieux pour vous répondre. Je souhaite que la séance soit brève pour nous permettre de récupérer. Je suis à votre disposition".

 

En lecture en ce moment

Covid 19 et droits d'auteur : La SACEM va rémunérer les artistes qui ont joué en “live” sur Internet

Plusieurs clubs européens aux trousses de Jérémie Boga