Vie conjugale: Encore un autre crime à Abobo





Crime à Abobo


Après l’histoire de la jeune mariée de 14 ans qui a poignardé son époux, une autre histoire conjugale qui a tourné au drame dans la même commune d’Abobo continuer de défrayer la chronique.

En effet, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre aux environs de 2heures du matin, le nommé Sékou Barou, de nationalité guinéenne âgé de 29 ans de profession ferrailleur est tué par sa concubine T Mariam guinéenne, en voulant accomplir son devoir conjugal.

Selon le site de police secours qui relaie d’information, les faits se déroulent dans la commune d'Abobo précisément à coco-service. Cette nuit-là, Barou demande à Mariam de lui permettre d’avoir des rapports intimes. La jeune dame tente d'expliquer à son homme qu'elle ne peut accepter sa demande du fait qu'elle serait indisposée. Ce dernier n'entend pas les choses de cette oreille et force sa concubine.

Pour le repousser, elle saisit un couteau de cuisine et le poignarde en pleine poitrine avant de prendre la poudre d'escampette. Le pauvre ne s'en sortira pas. Son corps sans vie est découvert le lendemain. Saisi de l'affaire, les hommes du commissaire de police Sangaré Cyrille, chef de service du commissariat de police du 14eme arrondissement parviennent à interpeler et garder à vue dame T Mariam le dimanche 27 septembre.

Après avoir reniée toute responsabilité dans le meurtre de son concubin, elle finit par tout avouer, en expliquant que son homme avait l'habitude de la forcer pour avoir des relations intimes . Dame T Mariam ira jusqu'à montrer l'arme du crime qu'elle avait jetée sur le toit d'un conteneur servant de boutique. Elle se dit peinée du fait que son acte en arrive à la mort. Selon le commissaire Sangaré, la jeune dame a été mise à la disposition du parquet qui définira la nature du crime. Homicide volontaire ou involontaire ?

Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Violation de la Cathédrale : "Même au temps d’Houphouët, personne n’a osé commettre une telle forfaiture" (Père Basile Diané)

La POECI salue la recomposition de la CEI par le gouvernement