Martine N’Dehouchi (proche du candidat recalé Alikari Méïté) : '' Une transition s'impose pour aplanir les differends''





Présidentielle d'octobre 2020,Alassane Ouattara


 

La responsable à la mobilisation du candidat Alikari Méïté (candidat indépendant recalé) donne de la voix pour dénoncer le refus d’Alassane Ouattara d’ouvrir un vrai dialogue avec l’opposition ivoirienne. Pour Martine N’Dehouchi, le 3ème mandat d’Alassane Ouattara est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. 

« Que M. Ouattara sache se retirer. Depuis l’annonce de sa candidat l’atmosphère est lourde et l’ivoirien a peur au regard de la tension qui est palpable dans tout le pays. Lui seul semble ne pas voir le danger imminent qui guette la Côte d’Ivoire. On a vraiment l’impression qu’il est coupé des réalités du moment », a affirmé la collaboratrice du candidat Alikari Méïté.

 À en croire Martine N’Dehouchi, le candidat du RHDP doit savoir lire entre les lignes. « Que Ouattara comprenne que la majorité des ivoiriens n’apprécient pas sa volonté de briguer un 3ème mandat en violation flagrante de notre Constitution. On a vraiment l’impression que le pouvoir Ouattara vit dans un autre monde. Comment peut-il battre campagne en fanfare alors que le pays est au bord de l’implosion avec son corolaire de morts et de nombreux blessés ? », s’interroge la responsable nationale à la mobilisation du candidat Alikari Méïté.

 Avant de saluer l’engagement de son leader aux côtés de l’opposition significative ivoirienne. « Nous saluons la décision de notre leader Alikari Méïté de rejoindre l’opposition qui est conduite par Henri Konan Bédié. Aujourd’hui, Nous sommes totalement engagés dans le processus de désobéissance civile puisque  Alassane Ouattara ne laisse pas le choix aux ivoiriens. Nous sommes membres de la plateforme de l’opposition donc nous nous inscrivons dans la désobéissance civile avec les moyens légaux comme l’ont demandé les leaders de l’opposition », a déclaré Martine N’Dehouchi. 

S’agissant de la tenue du scrutin présidentiel à la date du 31 octobre prochain, la proche d’Alikari Méïté s’est voulue claire. « Pour nous, il ne peut y avoir d’élections dans les conditions actuelles. La réforme de la CEI, la recomposition du Conseil constitutionnel, l'audit de la liste électorale...ne peuvent se faire avant le 31 octobre. C’est pourquoi nous préconisons le report des élections pour donner une chance au dialogue et éviter d’autres morts. Une transition permettra d’aplanir les différends,  libérer les prisonniers politiques, civiles et militaires. Peut être Alassane Ouattara ne le sait pas mais ses agissements ternissent l’image de la Côte d’Ivoire. Nous interpellons encore la communauté internationale particulièrement l’ONU. Car il est encore temps d’éviter une crise encore plus meurtrière à la Côte d’Ivoire », a interpellé Martine N’Dehouchi. Revenant sur le rejet de la candidature d’Alikari Méïté, N’Dehouchi a dénoncé une injustice. 

 « Le rejet de la candidature de notre champion est une injustice car il avait mis tout en œuvre pour porter la voix de la jeune génération mais malheureusement le pouvoir Ouattara l’a écarté car se sentant menacé. Au-delà de la candidature d’Alikari Méïté, c’est la démocratie en Côte d’Ivoire qui est piétinée car comment comprendre que sur 44 dossiers de candidature, seuls 4 ont été retenus par le Conseil constitutionnel ? Le pouvoir a juste choisi ses adversaires», a critiqué le responsable nationale en charge de la mobilisation du candidat recalé Alikari Méïté. 

Martine N’Dehouchi a saisi l’occasion pour donner les raisons qui ont poussé des milliers d’ivoiriens à porter leur choix sur Alikari Méïté.  «  En plus qu’être jeune, M. Alikari est un homme  doté d’une grande intelligence et d’un leadership impressionnant. Son audace et son goût poussé pour le travail ont font  de lui l’un des meilleurs instructeur et formateur en sécurité, sûreté, prévention incendie et risque terroriste en France. Son dynamisme lui vaut d’être chef de deux entreprises dans l’hexagone. Nous sommes convaincus qu’il saura mettre les ivoiriens au travail et inculquer l’entrepreneuriat aux jeunes ivoiriens car étant lui-même l’expression vivante de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui Alikari Méïté veut démontrer aux jeunes qu’on peut réussir brillamment sa vie sans  être à la solde des hommes politiques », a soutenu la collaboratrice du candidat indépendant recalé.

  Et de conclure : « Notre leader a une solution durable pour l’autonomisation des femmes. Pour Alikari Méité, les femmes africaines ont aussi le droit d’être heureuses comme celles des pays occidentaux surtout que l’Afrique possède des richesses inestimables. Notre leader l’a plusieurs fois dit,  les femmes ivoiriennes seront épanouies lorsqu’elles verront leurs enfants trouver du travail après de longues années d’étude ».

GZ avec sercom

En lecture en ce moment

Réparations communautaires : La ministre Mariatou Koné annonce la construction d’un foyer polyvalent à Guitrozon

Election à la Fif : Alexis Vagba dit non à Drogba, voici son candidat