Régulation du secteur de l’électricité dans la CEDEAO : les capacités des spécialistes de communication renforcées





CEDEAO,régulation du secteur de l’électricité,Ghana,communication


Donner les outils nécessaires aux communicateurs des autorités nationales de régulation de l’électricité (ANR) des États-membres de la CEDEAO afin qu’ils contribuent à la facilitation du développement du marché régional de l’électricité. C’est l’enjeu majeur de l’atelier de renforcement des capacités qui s’est tenu, à Aburi, près d’Accra, la capitale ghanéenne. 
En fait, cette initiative de l’Autorité de régulation régionale de l’électricité de la CEDEAO (ARREC) entre dans le cadre de la réalisation des objectifs du marché régional de l’électricité de la CEDEAO lancé en juin 2018, à Cotonou, au Bénin. Cet atelier, pour cette structure, aiderait les communicateurs à fonctionner de manière efficace et efficiente en tant que membres de la communauté réglementaire.
Pour le professeur Honoré Bogler président de l’ARREC, cet atelier constitue le premier maillon de la chaîne de sensibilisation. "C’est avec les spécialistes en communication que l’ARREC entend organiser les activités de sensibilisation des parties prenantes au marché", a-t-il expliqué. 
Justification du marché régional de l’électricité de la CEDEAO ; défis pour les infrastructures de transport et de distribution ; capacité de transport et attribution de la capacité de transport disponible ; règlement des différends du marché régional de l’électricité de la CEDEAO ; séparation comptable et développement du marché ; justification de la régulation du tarif d’électricité et méthodologie tarifaire sont autant de thématiques qui ont fait l’objet de présentation. 
Au terme de la formation, les responsables des services de communication des organismes de régulation de l’électricité des Etats membres de la CEDEAO se sont engagés à éditer un bulletin d’information à l’effet de promouvoir l’ARREC et ses activités et à créer des liens directionnels sur les sites web des régulateurs.
Les responsables de communication du Bénin, du Togo, du Burkina Faso, de la Sierra Léone, de la Gambie, du Nigeria, du Ghana, du Sénégal et de Côte d’Ivoire (ANARE-CI) ont pris part à cette formation. 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Dabou : Un candidat trouve la mort en pleine épreuve de Baccalauréat

Hamed Bakayoko réitère son engagement pour l’emploi des jeunes