Dao Gabala: ” La FIF est paralysée à moitié”





dao-gabala-la-fif-est-paralysee-a-moitie


Après près de deux semaines de larges consultations, la présidente du Comité de Normalisation, Mariam Dao Gabala était face à la presse vendredi à la FIF pour faire Le point. Elle a dressé un bilan sombre de la FIF et s’est engagée à démarrer les compétitions en mars prochain. Morveux choisis.


Le bilan un mois après l’installation
Nous avons été nommés pour une mission très particulière. Nous sommes une équipe pluridisciplinaire. Et, nous sommes là pour relever le défi de la Normalisation. Cela dit, il est difficile de faire un bilan après seulement quelques semaines de travail. Nous sommes venus pour sauver une situation. On est donc pas là pour une chasse aux sorcières.

État des lieux de la FIF
Nous avons trouvé une institution, certes, vivante. Mais, très malade. A genou et qui a des difficultés à respirer. Nous avons trouvé une institution paralysée à moitié. Nous avons trouvé une institution où en terme de gouvernance, les membres n’avaient plus confiance à la tête. Devant l’asphyxie financière et le manque de compétitions, nous avons décidé de faire un diagnostic complet pour savoir les soucis réels de santé de la FIF afin trouver le remède approprié.

Les grandes décisions des concertations avec les clubs
Nous avons rencontré les clubs et nous avons convenu de relancer les championnats. Ensemble, nous avons décidé d’une formule exceptionnelle. La Ligue 1 va se faire avec 14 clubs. Elle débutera le 19 mars pour s’achever le 27 juin. Ça sera un championnat à deux poules de 7 équipes avec une Superdivision à la fin. La Ligue 2 commencera une semaine après pour s’achever en juillet. La D3 et le football féminin commenceront au mois d’avril.

La situation des clubs à problème
En mars 2020 à l’arrêt du championnat, la Ligue 1 avait joué 76% de ses matchs. La Ligue 2 avait également joué 76% de ses matchs. Évidemment, nous avons validé ces deux championnats. Donc, les deux derniers de la Ligue 1 seront relégués en Ligue 2 et les deux premiers de la Ligue 2 accèdent en Ligue 1. Cependant, la D3 n’a joué que 30% de ses de ses matchs. Nous allons reprendre ce championnat. Ce qui veut dire qu’il n’y aura pas de montée, ni de relégation. Des promesses ont été faites à ces clubs. Nous ne pouvons pas tenir ces promesses.Nous avons documenté notre décision par rapport aux textes de la FIF. Si on devait augmenter, c’était en AG extraordinaire. Ce n’est pas notre mission.

Financement des championnats
Je voudrais dire merci à l’État qui finance le football à 75% de ses ressources. L’État est prêt à nous accompagner pour les championnats. On ne peut pas décider de commencer les championnats si on n’a pas les moyens financiers. Nous avons dit que nous voulons apporter de l’oxygène aux clubs. Nous allons le faire. Nous sommes en train de discuter avec le partenaire de la FIF. Les financements sont là pour nous permettre de redémarrer les activités. Mais, je voudrais dire, à situation exceptionnelle, financement exceptionnel. Nous n’allons pas pouvoir faire des promesses d’augmentation de la subvention. Nous promettons seulement la transparence.

la suite sur supersport

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire- Election partielle/ Port- Bouët va vivre son printemps sous le mandat du candidat du RHDP

Meeting de la réconciliation à Gagnoa : Le Burkina Faso désavoue Kima Émile et Alcide Djédjé