Décès de Tia Koné : Qu'est-ce qu'on veut cacher ?





deces-de-tia-kone-quest-ce-quon-veut-cacher


C’est le lundi 8 février 2021 que les Ivoiriens ont appris le décès de l’ex-président de la Cour suprême, Tia Koné. Ce qui, à priori, semblait être une mort naturelle, commence à devenir douteux tant tout un mystère entoure les circonstances de la disparition du défunt.
Premier fait, les enfants tout comme la veuve, dame Siamba Koné épouse Tia Koné, ne comprennent pas qu’ils aient appris la mauvaise nouvelle comme tout le monde. Pourtant, la logique aurait voulu que la famille en soit informée avant même de rendre l’information officielle.
Second fait, le corps de cette haute personnalité a été transféré à Ivoire sépulture (IVOSEP) sans en informer ses proches. Pire, jusqu’à présent, il leur est impossible de voir la dépouille de Tia Koné.
En effet, après de nombreuses tentatives, la veuve a dû se résoudre à saisir un huissier de justice. Ce dernier, dans une sommation interpellative suivie d’opposition en date du vendredi 12 février 2021, demande des explications à IVOSEP sur les points suivants : "Quel est le lieu de départ de la dépouille de feu Tia Koné vers Ivoire sépulture ? ; quelle est l’identité de la personne ou des personnes ayant transféré le corps de feu Tia Koné à Ivoire sépulture (IVOSEP) ? ; quel est le lieu géographique où Ivoire sépulture conserve le corps de feu Tia Koné ? Quels sont les traitements qu’Ivoire sépulture a fait jusqu’à ce jour sur le corps de feu Tia Koné ? ; À quelle date les ayant-droits du défunt seront autorisés à visiter la dépouille de feu Tia Koné et cela, en présence du personnel technique qualifié d’Ivoire sépulture ?".


Alors que l’on est en droit de penser qu’en tant que l’épouse légitime de l’ex-président de la Cour suprême (l’acte de mariage faisant foi), cette société de pompes funèbres a eu, à toutes les interrogations, une seule et même réponse : "Nous ne sommes pas habilitées à donner des informations sur un corps à d’autres personnes autre que le déposant dudit corps, sauf autorisation du juge". Une réponse peut-être claire, mais qui en rajoute au mystère et au doute qui planent autour du décès de feu Tia Koné. Surtout, elle suscite d’autres interrogations. Y a-t-il personne plus autorisée à avoir des informations sur la mort d’une personne que son épouse légitime ? Qui a transféré le corps de feu Tia Koné à IVOSEP sans en informer ses enfants et son épouse légitime ? Pourquoi avoir transféré la dépouille du défunt sans en informer ses ayant-droit et à quelles fins ?
Ses questions sont d’autant plus essentielles que, deux jours auparavant, la veuve Siamba Koné a adressé un courrier à l’hôpital polyclinique Sacré-Cœur d’Abidjan pour avoir de plus amples informations sur les causes du décès de son époux. "J’ai appris avec beaucoup de tristesse la disparition brusque de Monsieur Tia Koné dans la journée du mardi 09 février 2021. Je sais par ailleurs que mon époux qui se faisait suivre dans votre prestigieux établissement, polyclinique Sacré-Cœur Abidjan, depuis le déclenchement du mal qui le rongeait, se portait de mieux en mieux. C’est donc sous le choc que j’ai accueilli la nouvelle de l’annonce de sa disparition brusque. Je viens donc auprès de vous pour de plus amples informations sur les circonstances de cette disparition…".
Ceci, expliquerait-il cela. Toujours est-il que le mystère autour des circonstances du décès de feu Tia Koné devient de plus en plus grand, ce qui naturellement installe le doute.

Modeste KONE

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Solidarité Covid-19 : Le Ministre Hamed Bakayoko en soutien aux acteurs de la mode ivoirienne de Fatim Sidimé

Communiqué du Conseil des ministres du 19 février 2020