Côte d’Ivoire/ Le président du conseil régional du Goh plaide pour une amnistie de l’ex-président Gbagbo





Côte d'Ivoire,amnistie,Gbagbo


Le président du conseil régional du Goh, Joachim Djédjé Bagnon, plaide pour une amnistie totale de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, actuellement sous la sanction d’une condamnation par contumace par le tribunal d’Abidjan, à une peine de 20 ans de prison pour crimes économiques notamment.

« Mon souhait est de voir mon frère Gbagbo dehors », a déclaré, mercredi, à Gagnoa M. Djédjé Bagnon, un des leaders régionaux du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) lors d’un entretien avec la presse.

Djédjé Bagnon dit « encourager » le Chef de l’Etat, à étendre la décision d’amnistie prise en 2018 à l’endroit de 800 détenus de la crise post électorale de 2010-2011 et de lever ainsi, la sanction contre l’ex-président Gbagbo, afin dit-il, que les Ivoiriens « soient ensemble ».

Fils du département de Gagnoa à l’image de l’ancien président Gbagbo, M. Djédjé soutient que ce plaidoyer est conforme au discours de paix et de rassemblement que prône le président Ouattara, rejoignant en cela, dit-il, le vœux toujours exprimé par le premier président ivoirien, feu Félix Houphouët-Boigny .

« Je suis persuadé que les Ivoiriens vont soutenir la décision du président Ouattara », a poursuivi l’ancien inspecteur du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-opposition), et qui a rejoint les rangs du RHDP (coalition au pouvoir).

L’ex-président Laurent Gbagbo est toujours en détention à La Haye depuis 2011, après une première décision d’acquittement prononcée en janvier 2018 par la chambre préliminaire 1 de la Cour pénale Internationale (CPI) et la saisine de la chambre d’appel par le bureau du procureur.

(AIP)

dd/ask

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Affrontements gardes pénitentiaires-étudiants, le syndicat des enseignants du supérieur condamne et exige le départ des gardes

Côte d’Ivoire : Près de 20 ex-militaires manifestent pour "réclamer les cotisations au fonds de prévoyance militaire"