DANS LES ANNÉES 80, DES FILS À PAPA DE COCODY MINIMISAIENT HAMBAK ET IL LEUR A LANCÉ UN DÉFI





dans-les-annees-80-des-fils-a-papa-de-cocody-minimisaient-hambak-et-il-leur-a-lance-un-defi


Dimanche 21 Mars. Je suis en train d’achever l’écriture biographique d’une cliente, quand je reçois un coup de fil de monsieur Yaya Touré, l’un de mes lecteurs de Facebook, un homme de la soixantaine. Il me dit qu’il faut qu’on se voit immédiatement parce qu’il y a un ancien professeur d’Université qui souhaite me confier la rédaction de ses mémoires. Je dis à Yaya que je pourrais discuter par téléphone avec l’enseignant sans avoir besoin de me déplacer. Mon lecteur insiste, alors j’interromps mon travail et fonce vers lui à la Riviéra 3. Il me présente à monsieur Touré, docteur en Histoire, frère aîné du célèbre mathématicien Saliou Touré. Nous parlons de son projet, puis la discussion, passionnante, prend une autre tangente, virant sur Hamed Bakayoko, notre Premier ministre parti ce 10 Mars vers le firmament…

HAMED BAKAYOKO ET LA MAISON FAMILIALE DES 2PLATEAUX

Yaya Touré me raconte une anecdote sur le Premier ministre, celle de la villa qu’il a construite pour son père, aux 2Plateaux. Je suis subjugué par son récit qui montre l’intensité de la foi d’Hamed qu’on pourrait identifier à cette citation de Victor Hugo :

« il n’y a rien qu’un rêve pour créer l’avenir. »

Je demande à mon interlocuteur d’où il tient ses informations. Et il me répond, de son frère, qui est l’ami d’enfance de Hambak et qui s’appelle Ibrahim Touré. On peut aller le voir ? Yaya accepte de m’y conduire. De la Riviéra, nous gambadons vers les 2Plateaux, au domicile d’Ibrahim qui confirme l’histoire de la construction de la villa…

Hamed Bakayoko est un enfant d’Adjamé. Il a grandi au quartier d’Habitat et a frequenté au CMA. Tel que le témoigne les frères Touré, le jeune adjamois a compris très tôt que pour devenir un grand, il fallait fréquenter les grands. Son astuce, côtoyer les enfants des grands types qui lui étaient plus accessibles. Venant d’une autre commune, il venait à Cocody 2Plateaux pour jouer au football avec ceux qu’on pourrait qualifier de fils à papa. Les matchs avaient lieu sur le terrain situé dans les encablures de l’ENA, le terrain saint Jacques près duquel habitaient des familles aristocrates telles que les Essy Amara, Saliou Touré, Lodougnon, Bras Kanon, Akoto Yao, Touré Abdoulaye… Il n’y avait pas de Bakayoko ! Lire la suite sur gbich.net

En lecture en ce moment

CAN 2019 : Tout savoir sur la cérémonie d’ouverture

Le PDCI reçoit, lundi, la flamme de la paix d'une organisation internationale