Bombardement de Bouaké : le procès de trois pilotes s'ouvre à Paris





bombardement-de-bouake-le-proces-de-trois-pilotes-souvre-a-paris


Neuf soldats français de l'opération Licorne et un civil américain avaient été tués dans le bombardement du camp de Bouaké en Côte d'Ivoire le 6 novembre 2004. Un ancien mercenaire biélorusse et deux officiers ivoiriens sont jugés à partir de lundi à Paris dans cette affaire qui comporte encore de nombreuses zones d'ombre.

C'est un dossier nébuleux, encore loin d'avoir livré tous ses secrets. Un ancien mercenaire biélorusse et deux officiers ivoiriens seront jugés par contumace à Paris à partir du lundi 29 mars pour le bombardement de Bouaké en 2004, à l'origine d'une crise inédite entre la France et la Côte d'Ivoire.

Début novembre 2004, le président ivoirien Laurent Gbagbo passe à l'offensive pour tenter de réunifier son pays, coupé en deux depuis deux ans et une tentative de coup d'État rebelle. Ses avions pilonnent les positions rebelles vers le Nord, sous l'œil inquiet des forces de paix françaises déployées depuis 2002 entre les deux camps pour éviter une guerre civile.

Le 6 novembre vers 13h20, deux chasseurs ivoiriens survolent à basse altitude un camp français à Bouaké (Centre). Tout à coup, l'un d'eux plonge et tire des roquettes. Au sol, c'est la panique, puis l'horreur et la sidération: on déplore neuf soldats français et un civil américain tué, ainsi qu'une quarantaine de blessés.

En représailles, Paris détruit le jour même l'ensemble de l'aviation militaire ivoirienne, ruinant son offensive en cours. Les relations entre Paris et son ancienne colonie, historiquement très proches, s'enflamment.

Dans les jours qui suivent, de violentes manifestations anti-françaises secouent le sud du pays. Du jour au lendemain, des milliers d'expatriés regagnent la France en catastrophe, encadrée par les troupes tricolores.

Le 10 novembre, dans la cour des Invalides à Paris, le président Jacques Chirac rend un hommage solennel aux soldats tués à Bouaké. "Nous ne vous oublierons pas", promet-il. Mais quinze ans après, leurs meurtriers courent toujours.

Lire la suite sur france24.com

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Ces prophètes de malheur

Côte d’Ivoire: Soro va annoncer sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale "avant fin janvier" (Proches)