Bédié avait donc vu juste !







En qualifiant, le 26 janvier dernier, devant la jeunesse du PDCI venus à Daoukro sceller l’union sacrée autour de lui, les partisans du Rassemblement des Houphouetistes (RHDP) de fils adultérins, le président Henri Konan Bédié ne croyait pas si bien dire, mais la suite lui donne raison. Les propos du président Bédié pris au sens propre n’ont aucun sens, puisque les personnes auxquelles ils s’adressent, ne sont pas et ne peuvent être tous, les enfants du président Félix Houphouët Boigny encore moins des fils adultérins. Reprocher au sphinx de Daoukro d’avoir ouvert la boite de pandore, en injuriant les responsables du RHDP, c’est ignorer le sens des mots ou simplement fait preuve de mauvaise foi. Car le mot adultérin n’a de signification ici, que pris au sens figuré. Le président du PDCI a tout simplement voulu indiquer que, du point de vue des idées, des valeurs, de l’idéologie le RHDP se trouve aux antipodes de celles prônées par Félix Houphouët Boigny. Et les femmes du PDCI-RDA dans leur réponse à leur ex présidente n’ont pas dit autre chose. Chaque fois que le Président Félix Houphouët-Boigny avait été interrogé sur ce qu’il adviendrait de sa politique après sa disparition, il avait toujours répondu : « La politique de la Côte d’Ivoire n’est pas le fait d’un seul homme. C’est d’abord la politique de notre parti, le PDCI-RDA, dont les vaillants militants et militantes ont à cœur d’assurer le bonheur de l’homme ivoirien dans la liberté. » Cette phrase figure dans le discours qu’il a prononcé en septembre 1965, au 4ème congrès ordinaire du PDCI-RDA, dixit la présidente Sita Coulibaly.Dès lors, tous ceux qui se retrouvent ailleurs qu’au PDCI-RDA ne peuvent prétendre avoir épouser les idées d’Houphouët. Après l’adresse de Bédié à l’endroit du RHDP et celle des femmes, Parti unifié, la riposte de quelques cadres des Houphouétistes, la virulence des propos tenus par certains responsables du Rhdp, ont démontré à suffisance s’il en ait encore besoin que Bédié a sorti une vérité, que les cadres du RHDP sont venus confirmer. Le député de Tengrela, Mariam Traoré, au centre en juillet 2018 dernier d’un scandale de vol d'or, s’est livrée à des injures grossières s’exprime en majorité en Malinké, le député élue deTengrela a, sans retenue et de manière grossière dans ses injures, visé les parties intimes de la première responsable des femmes du ainsi que toutes celles qui vont s’hasarder à manquer de respect aux dirigeants du Rhdp.Mariam Traoré poursuit, dans sa vidéo après ses injures grossières, en mettant en garde les femmes du PDCI. Avant elle, Kandia Camara lors du rassemblement des femmes de son parti à légitimé, les coups d’état et rebellions survenues en Côte d’Ivoire en indiquant qu’ils sont le fait de la mauvaise gestion de l’héritage du père fondateur de la Côte d’ivoire moderne par le président Bédié. Comme si la différence de points de vue entre un président et une partie du peuple devrait déboucher sur des affrontements. Sinon le régime actuel ne manque pas d’adversaires, mais jusqu’ici les ivoiriens n’ont fait qu’exprimer leurs divergences, sans baigner dans les affrontements.Ces propos qui sont d’une extrême gravité et qui trahissent à la fois la caution aussi bien du coup d’Etat de décembre 1999, de la rébellion armée et de la guerre de 2011démontre que le RHDP n’a d’Houphouët que le vernis. Puisqu’il vole bas dans ses propos et prône l’affrontement armé.

Michel Beta

En lecture en ce moment

Sophie Kouadio : Elle crée une académie pour former les managers d’artistes

Un mouvement proche de Soro demande l'annulation du mandat d'arrêt contre Alain Lobognon