Oustaz Koné Abou (Guide religieux musulman) "Quand le jeûne devient une contrainte pour le croyant, c’est que la foi a quitté son cœur"





oustaz-kone-abou-guide-religieux-musulman-quotquand-le-jeune-devient-une-contrainte-pour-le-croyant-cest-que-la-foi-a-quitte-son-coeurquot


El Hadj Oustaz Koné Abou est théologien, conférencier et guide religieux musulman. Dans la ferveur du Ramadan, nous l’avons rencontré. Au cours de cet entrevu, il lève un coin de voile sur les dispositions à prendre pour vivre un bon mois de jeûne. Il n’oublie pas de donner des consignes et des conseils pour un meilleur mois d’adoration.

Nous sommes en plein dans le mois de ramadan. Selon vous, quelles sont les dispositions à prendre par le fidèle musulman dans cette période où nous voyons certaines personnes nerveuses et intolérantes comme si le jeûne était une punition....

Le cheminement vers Dieu est au-delà de toute religion, c’est une spiritualité. Et la spiritualité n’a pas de coloration religieuse. Elle nous unit mais la religion nous diffère. Ces personnes qui prennent leur jeûne pour une punition, Dieu dit à la Sourate 2 verset début 286, "je ne mets pas une charge sur ma créature sans lui en donner les moyens de porter cette charge". Donc Dieu ne veut pas nous faire souffrir. Ces personnes n’ont pas compris qu’avant tout, il y va de la foi qui aura transformé l’individu très bien avant d’aller à l’éthique et à la morale pour se retrouver dans le comportement qui conduit aux pratiques religieuses pour aboutir aux rapports sociaux droits et devoirs. Ce sont donc des personnes qui se trouvent au niveau des pratiques religieuses sans avoir d’impact de la foi sur eux et sans intérioriser et sans conscientiser leur foi. Ces gens ne tiennent pas compte de  l’impact de la foi avant de sauter sur la prière et le jeûne. Il faut dire à ces personnes-là que c’est comme le sportif qui s’entraine 11 mois  dans l’année pour jouer la phase finale de la coupe d’Afrique un seul mois. Mais ici, le croyant musulman fait son entraînement composé de charité, prières, partage, tolérance, pardon, retenu de soi vis-à-vis du mal et l’habitude au bien, protéger les honneurs, les biens  et le sang d’autrui pendant un mois pour investir sur 11 mois. C’est donc le contraire du sportif. C’est l’entraînement à la vie de spiritualité. Le mois du ramadan est un entrainement pour donner de la force à l’âme.  On parle à tout le monde, on recherche le pardon de Dieu à travers cette pénitence. Pour ce faire, on accorde notre pardon à tout le monde, sinon, on n’aura pas le pardon de Dieu. On lutte contre le gaspillage et on prie beaucoup plus qu’avant. Logiquement, lorsqu’on sort du mois du ramadan, les prières deviennent plus faciles car on priait 17 tous les soirs et après le ramadan, on ne prie que 7 tous les soirs. Pendant ce moment, Dieu dit que les portes de l’enfer sont fermées et celles du paradis sont ouvertes. C’est donc un mois où le musulman doit investir sur lui-même pour plus tard.  Mais quand ce n’est pas un musulman de la foi, de la piété et de la crainte de Dieu, jusqu’au soir, vous le verrez cracher partout et nerveux. Ce n’est pas la bonne attitude. Quand le jeûne devient une contrainte pour le croyant, c’est que la foi a quitté son cœur.

" Le Ramadan, C’est l’entraînement à la vie de spiritualité"

 

Ce que l’on voit, c’est qu’à l’heure de la rupture, les mets sont divers dans les familles, comme si le musulman s’est privé toute la journée pour se rattraper le soir….Qu’en pensez-vous ?

(Il coupe net) C’est du gaspillage. Je prends l’exemple de quelqu’un qui dépensait 3000f la journée pour le petit déjeuner, le déjeuner et le diner. Avec le mois du jeûne, il ne dépense que 1000f pour le petit déjeuner et le dîner et il lui reste 2000f qu’il devrait normalement partager avec les plus démunis. Le messager d’Allah dit qu’on rompt le jeûne avec une ou trois dattes. Ce n’est pas pour se rassasier car tout ce qui rentre dans le ventre, même une perle peut faire rompre le jeûne. Et certains ne savent même pas qu’une mauvaise parole diminue la valeur du jeûne. Dans le ramadan, il y a l’apprentissage de la gestion et la lutte contre le gaspillage. Dans la Sourate 17, Dieu dit, ne soyez ni avare, ni gaspilleur. Il faut donc être dans le juste milieu. Mais que constate t-on ? Le soir, pour la rupture, on se retrouve souvent sur la même table avec la bouillie de riz, la bouille de mais, la bouillie de mil, du poisson frit, de la soupe de poisson, de la soupe de poulet, l’étouffé de poulet, du riz au gras, avec différentes sortes de jus. Et à la fin, nous nous rendons compte que je ventre n’a qu’une seule entrée et un seul volume et  le lendemain, on se retrouver à verser les restes alors qu’autour de nous, il y a des pauvres qui n’ont même pas eu à manger. Le croyant doit s’entretenir à la retenue. Celui qui a le corps fort a l’âme et le corps qui s’affaiblissent. Les gens ont une foi héréditaire et donc, ils ne savent même pas ce qu’ils font. 

 

Le mois du ramadan est venu aussi avec de nouveaux comportements vestimentaires chez les femmes. Quel commentaire faites-vous ?

Ce ne sont même pas les tenues seulement qui ont changé. Les mosquées sont remplies à nouveau. Nous les appelons les musulmans du ramadan ou en langue dioula, "Soungalo Silaman". Dieu nous connaît et nous ne pouvons pas le tromper. C’est de l’hypocrisie spirituelle car la personne se connaît.  Ce sont des tenues vestimentaires adaptées juste au mois de ramadan, sinon, ce sont des personnes qui se promènent dans la capitale avec des tenues de "nudisation" que sont les habits plaqués, des habits insuffisants, des habits transparents. C’est comme une hyène qui a pu trouver la peau d’une génisse ou d’un veau et qui se recouvre avec pour venir se coucher au milieu du troupeau du peulh. Ce n’est pas un herbivore, mais plutôt un carnivore ou même un omnivore. Ces musulmans qui se déguisent pendant le mois du ramadan sont donc des omnivores spirituels en boubou qui se retrouvent dans leur vrai état après la fête. Vous vous rendez compte que quand on dit que c’est la fête de fin du ramadan, les maquis sont remplis. Souvent même, le matin, avant d’aller à la prière, l’alcool manque. Regardez autour de vous, qui vend le plus l’alcool ? C’est en général des filles musulmanes. Et qui boit ? Ce sont les apprentis de transports en commun, communément appelés Gbaka. Tous ceux que vous voyez prier ne sont pas nécessairement des musulmans parce que musulman n’est pas un mot français mais vient de "Mouslimin" qui veut dire "Soumis au Seigneur". Mais ceux qui font ce qui est interdit par le prophète ne sont pas des musulmans. Il y a les industriels du Ramadan qui vont augmenter tous les produits de premières nécessités, bien qu’étant eux-mêmes musulmans. Eux, ils ne font que profiter de Dieu et c’est grave.

 

Pendant ce moment aussi, l’on constate que certains jettent la salive dans tous les coins de rue. Est-ce que c’est normal ?

La bouche remplie de salive ne rompt pas le jeûne car c’est une fabrication du corps. Si l’on doit jeter la salive, autant jeter aussi le suc gastrique ou le sang contenus dans le corps. Cependant, il y a des personnes qui ont des douleurs abdominales ou des nausées en avalant leur salive sans manger. Ces derniers doivent prendre des dispositions pour le faire discrètement ou dans un mouchoir qu’ils jetteront par la suite. Mais pas se donner en spectacle en crachant partout pour montrer qu’ils dont le jeûne. Les gens font de l’abus.

 

 Est-il obligatoire de manger à 4h du matin ?

Non, pas du tout. C’est juste pour donner le droit du corps. Se réveiller à 4h du matin est une difficulté notoire car tous les organes du corps dorment et même l’estomac. Se réveiller donc, au nom du Seigneur est déjà une adoration de Dieu. Je veux nourrir mon âme, mais je n’ai pas le droit de délaisser mon corps. Je dois lui donner ce qui lui est dû. Le Jeûne ne doit pas nous empêcher d’aller au travail, il faut donc donner de l’énergie au corps pour les 12 heures que dure le jeûne. C’est une bénédiction selon le messager de Dieu, pour ne pas tricher.

 

Il se trouve aussi que certaines personnes sont malades mais elles jeûnent quand-même. Est-ce que c’est correct ?

J’ai dit à l’entame de notre interview que Dieu ne charge pas ses créatures au-delà des moyens dont il les a dotés. Le Seigneur n’aime pas avoir tort donc il dit que celui qui ne peut pas marcher ou s’arrêter pour prier, mais qui se force pour prier, sa prière n’est pas valable. Les cas de maladie sont prévus par l’Islam. Il y a deux types de malades. Les personnes souffrants de maladies chroniques dont on n’espère plus guérir  telles que le diabète, l’insuffisance rénale, l’hypertension artérielle donnent 15 kgs de riz pour tout le mois à un pauvre. Il peut donner plus s’il est nanti et c’est à son bon vouloir. Le second  type de malade, c‘est celui qui es atteint de maladie telles que le paludisme, la fièvre typhoïde, Diarrhée, etc., dont il espère guérir.  A ces personnes, Dieu dit d’arrêter de jeûner, le temps de guérir et de rattraper les jours qu’elles ont manqué sur les 30 jours de jeûne, avant le ramadan  prochain. C’est le même cas pour la femme qui allaite. Pour la femme enceinte qui craint pour son bébé, elle arrête. Quand elle accouche et que le bébé est sain et sauf, et qu’elle est en l’état pour le faire, elle jeûne pendant le nombre de jours laissés et si elle a  les moyens, elle nourrit aussi les pauvres car Dieu a sauvé deux vies par elle. Pour les vieillards du 3e âge, au-delà de 70 ans, ils ne jeûnent plus, ils donnent 15 kgs de riz aux pauvres pour le mois. Et s’ils ont les moyens, ils peuvent faire plus. Ceux qui se forcent alors qu’ils ne peuvent pas, leur jeûne est nul et sans valeur.

 

Et concernant les rapports sexuels. Est-ce qu’ils sont interdits pendant le mois du ramadan ?

Non pas du tout. S’ils sont mariés, après la rupture du jeûne le soir, tout est rompu. La vie normale reprend avec tout ce qu’elle comporte. Par contre, il y a des personnes qui font des retraites spirituelles dans le mois de Ramadan. Ceux qui ont les moyens vont à la Oumra qui est le petit pèlerinage. Chaque année, au mois de ramadan, la Mecque et les lieux sont remplis de personnes qui se retirent pour être en adoration totale. Certains font des retraites spirituelles dans les mosquées et ne sortent pour la maison que le matin de la fête. D’autres aussi font les retraites à la maison et en ce moment, ils n’ont pas de rapports sexuels avec leurs conjoints. Mais ces derniers sont toujours informés.

 

Avec la pandémie de la Covid 19, comment le musulman doit se comporter ?

L’islam est une législation complète et nous n’avons rien à inventer. Il a été dit depuis 1492, "Ne mêlez pas la chamelle malade au troupeau", pour dire qu’il faut isoler les malades. Toutes les mesures barrières sont prises. Dieu dit que ce qui peut rompre le jeûne, c’est ce qui va dans le ventre, donc ni un vaccin, ni une injection ne peut rompre le jeûne. Par contre, un ballon de sérum ou une injection qui nourrit le corps  pour le rendre insensible à la faim et à la soif n’est pas conseillé.

 

Réalisée par Solange ARALAMON

Partarger cet article

En lecture en ce moment

JITI-CI 2021 : Des interprètes et traducteurs prônent la professionnalisation et l’industrialisation de leur secteur

Samuel Eto’o officiellement candidat à la présidence de la Fédération camerounaise de football