Côte d’Ivoire: la démission de Soro Guillaume est "l'expression d'une grave crise institutionnelle", selon le FPI





Côte d’Ivoire,Démission,Guillaume soro,Assemblée nationale


Le Front populaire ivoirien (FPI, opposition) estim-e que la démission de Guillaume Soro de la présidence de l'Assemblée nationale, ce vendredi, est l'expression d'une grave crise institutionnelle. 
Vendredi, le désormais ex président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro a annoncé sa démission de son poste suite à des embrouilles avec le pouvoir en place relativement à son adhésion au Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti unifié). 

Ci-dessous dessous le communiqué final du parti, signé par le porte-parole Agnès Monnet      

Communiqué du Front Populaire Ivoirien relatif à la démission du Président de l’Assemblée Nationale. 
Le vendredi 8 février 2019, à l’occasion d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale, convoquée expressément il y a quelques jours, le Président de cette institution, M. Soro Kigbafori Guillaume, a démissionné de ses fonctions.
A la vérité, cette démission de M. Soro Guillaume n’a surpris personne. D’autant plus que la rumeur l’avait largement annoncée, avant que le Président de la République, Alassane Ouattara, ne la confirme, le 28 janvier 2019, à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux de la presse au Chef de l’Etat.
Pour le Front populaire ivoirien (FPI), cette démission est l’expression d’une grave crise institutionnelle, et la preuve que le Chef de l’Etat veut régner en maître absolu en mettant toutes les institutions en coupes réglées.
Face à cette dérive dictatoriale qui consacre le recul démocratique de la Côte d'Ivoire sous le régime Ouattara, le FPI tient le chef de l'Etat Alassane Ouattara, personnellement responsable des conséquences désastreuses que ses actes anticonstitutionnels et antidémocratiques pourraient avoir sur la cohésion nationale.
En tout état de cause, le FPI lance un appel pressant au Chef de l’Etat, afin qu’il abandonne les chemins de l’incertitude qui constituent une menace pour l'avenir de la nation.
En ces circonstances particulièrement délicates et complexes de la vie de notre pays, et afin d'amorcer une désescalade salvatrice pour la Côte d’ivoire, le FPI réitère son appel à l’organisation urgente des Etats Généraux de la République (EGR), afin que toutes les forces vives de la nation puissent se retrouver en vue de créer les conditions pour des élections justes, transparentes et apaisées en 2020.

Fait à Abidjan, le 8 Février 2019

La secrétaire Générale et Porte-parole du FPI

Agnès Monnet

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/ Un incendie déclaré à l’immeuble de la banque CNCE au Plateau

La RDC récuse les observateurs de l’Union européenne aux élections présidentielles