Suzanne Wolber ‘’ Nous luttons pour repositionner la gymnastique ivoirienne"





suzanne-wolber-nous-luttons-pour-repositionner-la-gymnastique-ivoiriennequot


À la tête de la Fédération ivoirienne de Gymnastique (FIG), Mme Suzanne Wolber entreprend de nombreuses actions afin de repositionner cette discipline olympique en Côte d’Ivoire. Dans cette interview, Mme Wolber appelle à la conjugaison des efforts pour remettre sur les rails la gymnastique ivoirienne.

Quel regard jetez-vous sur la gymnastique en Côte d'Ivoire ?

La gymnastique en Côte d'Ivoire prend un nouvel envol après une léthargie de 10 longues années. Nous repartons du bon pied et comme vous savez, tout départ nouveau n'est pas du tout facile. Pour ce qui est des clubs, nous avons un bon nombre, 12 au total, mais c'est au niveau des encadreurs qu'il y a des détails à revoir.

De quels détails parlez-vous ?

Je dirai que leur niveau est statique. Nous devons très vite mener des actions fortes à travers des formations pour les remettre à niveau afin qu'ils soient performants. Sinon, au niveau des enfants, l'envie et la détermination sont de mises. Cela, vu qu'ils ont un potentiel énorme. Certains font de la gymnastique tous les jours sans le savoir. Et dans toutes régions de Côte d'Ivoire, cela est visible. Vous partez à Korhogo dans les composantes culturelles, nous retrouvons de la gymnastique. À l’ouest, pareil, sans oublier les peuples lagunaires qui font également de la gymnastique.

Pour ce nouveau départ quelles sont vos attentes ?

Nous tenons à apporter des corrections et des réajustements afin de remettre la gymnastique ivoirienne sur les bons rails. Pour cela, nous avons besoin d'énormes apports à tous les niveaux. Je parle d'apport financier, technique et infrastructurel.

Les athlètes évoluent-ils dans les meilleures conditions pour performer ?

Il faut souligner que certains enfants travaillent dans des conditions très difficiles. Beaucoup s’entrainent dans le sable, sur le gazon voire sur la terre simple. Notre objectif c'est de trouver dans la norme des conditions adéquates pour permettre aux athlètes de briller davantage. Sinon le potentiel humain et technique existe.

Quelles sont les prochaines articulations de la saison 2021-2022

Nous préparons une autre compétition par équipe regroupant 6 gymnastes. Nous ferons une démonstration de la gymnastique acrobatique, qui est une autre forme de Gymnastique. Elle nous conduira à une compétition la saison prochaine. Le club qui récoltera le maximum de points sera déclaré vainqueur.

Quels sont les futurs grands challenges au plan international ?

Sur le plan international, nous nous préparons pour les jeux olympiques de la jeunesse de Dakar 2026.Nous démarrons un nouveau cycle. Nous allons donc petit à petit. Nous allons nous concentrer sur le développement de nos talents locaux avec des encadreurs au top niveau. Paris 2024 est donc trop tôt pour les gymnastes ivoiriens.

 

Propos recueillis par GZ

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Mme Koffi Léontine (présidente du RIFPEA) : « Il faut se détacher des préjugés de ce que l’eau est liée à la femme par la corvée »

Portrait : Henriette Dagri Diabaté, un modèle de vie et de travail