La canicule affecte gravement la production de cacao dans l’Est ivoirien avec une chute de 25%





la-canicule-affecte-gravement-la-production-de-cacao-dans-lest-ivoirien-avec-une-chute-de-25


La forte chaleur de cette année a eu un impact négatif sur le secteur agricole, en particulier dans la filière cacao, où la canicule intense a entraîné une perte de plus de 25 % de la production totale, selon le président du Collectif des sociétés coopératives de l’Indénié-Djuablin (CSC-ID), Ehora Yao, lors d’une entrevue accordée à l’AIP le vendredi 12 avril 2024.

« La gravité de la chaleur a eu un effet considérable sur nos produits. La filière cacao a été particulièrement touchée par cette canicule historique, qui a considérablement réduit les rendements, faisant chuter la production de plus de 95 000 tonnes les années précédentes à 70 000 tonnes cette année », a déclaré M. Ehora.

Il a souligné les conséquences graves de la sécheresse et du changement climatique sur l’ensemble des producteurs, tout en appelant les décideurs mondiaux à aider les planteurs et en souhaitant une sensibilisation accrue pour lutter contre le changement climatique.

L’expert forestier Jean-Paul Aka a également mentionné lors d’un atelier de sensibilisation sur la réglementation nationale et internationale en matière agricole, forestière et foncière, organisé fin mars à Abengourou par l’Initiative cacao forêt (ICF), que « cette année, les producteurs font face au phénomène El Niño avec le réchauffement de la température ».

« Cela a réduit la production de cacao et de nombreux producteurs à l’échelle nationale ont perdu leur production », a-t-il fait savoir.

Dr Boniface Koné, représentant du bureau d’études et d’expertise, conseil urbanisme et développement AFRIC URBA-CI EUE, a souligné lors d’un atelier régional de restitution et de validation du diagnostic territorial du schéma directeur d’aménagement et développement du territoire du District autonome de la Comoé, tenu à Abengourou, que « l’élévation des températures dans la région de l’Indénié-Djuablin entraîne l’irrégularité des pluies et l’assèchement des cours d’eau ».

Il a ajouté que les longues périodes de sécheresse menacent également les ressources en eau.

Selon les experts, la température moyenne en mars à Abengourou est d’environ 29,1°C, avec des précipitations moyennes de 71,3 minutes. Les températures nocturnes chutent à 23,9°C, tandis que pendant la journée, elles peuvent atteindre 35,5°C.

La Côte d’Ivoire a enregistré une température record de 39°C en mars.

(AIP)

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Journée mondiale de la radio : la 13e édition célébrée sous les couleurs de la numérisation

Congés de la Toussaint : la reprise des cours reportée au lundi 16 novembre