Après le décès d’Hamed Bakayoko, les populations d’Abobo craignent pour leur sécurité





apres-le-deces-dhamed-bakayoko-les-populations-dabobo-craignent-pour-leur-securite


Le Premier ministre Hamed Bakayoko, décédé, le 10 mars 2021, en Allemagne, a été inhumé, le vendredi 19 mars 2021, à Séguéla. Si la disparition de l’homme a touché plus d’uns, elle a particulièrement affecté les populations de la commune d’Abobo dont il était le maire. Cela, à juste titre.
En effet, l’avènement d’Hamed Bakayoko à la tête d’Abobo a suscité beaucoup d’espoir chez les habitants de cette commune. Elles avaient espéré qu’il rétablirait la sécurité d’autant qu’il a été ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et était ministre de la Défense au moment de son élection comme maire d’Abobo. Et elles n’ont pas eu tort.

A lire aussi : Après le décès d'Hamed Bakayoko : Abobo craint pour ses infrastructures

Hamed Bakayoko, élu premier magistrat de la commune la plus peuplée d’Abidjan, a engagé, en collaboration avec les leaders communautaires et les forces de défense et de sécurité, une lutte acharnée contre l’insécurité. Il n’y avait plus de répit pour les enfants en conflits avec la loi. Les zones criminogènes sont passées au peigne fin. Plusieurs fumoirs sont détruits. Des quartiers réputés dangereux comme Kennedy, Derrière rail, Sagbé, etc. sont devenus fréquentables. Pour le bonheur des Abobolais.
Pourra-t-on pérenniser cette quiétude retrouvée ? Le grand banditisme ne va-t-il pas faire son retour ? Autant de questions qui sont aujourd’hui sur toutes les lèvres, à Abobo, après le décès d’Hamed Bakayoko.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Assinie – Ignace Niamké (commissaire général du FECBA) : " Cette année, le festival se tiendra sur 10 jours"

Criminalité : un tueur en série opère à Abidjan-sud