Police : voici pourquoi un appel à témoin peut être lancé sans préciser les motifs





police-voici-pourquoi-un-appel-a-temoin-peut-etre-lance-sans-preciser-les-motifs


La semaine dernière, la direction générale de la police nationale a lancé son appel à témoin 24. "La police nationale sollicite tout témoin ayant des informations concernant la personne figurant sur les photos ci-dessous et se nommant Péhé Anselme Cyrille. Toute personne se reconnaissant est invitée à se présenter d’elle-même, à un service de police nationale ou étranger", a-t-elle écrit.

Comme on peut le constater, il n’y a aucun motif mentionné dans l’appel à témoin. Et ça n’a pas échappé aux internautes. "Vous voulez qu’on vous aide sans motif ? Autorités, vous-mêmes voyez l’affaire-là" ; "Si vous ne dites pas ce qu’il a fait, on ne va rien partager du tout car vous avez devant vous des intellectuels" ; " Comment je peux dénoncer une personne alors que je ne sais même pas ce qu’elle a fait ?", sont entre autres réactions qu’on a pu lire.

En réaction, la police a clairement expliqué que " ces appels à témoins ne concernent pas forcément des personnes à qui l’on reproche des choses. Ça peut être des personnes disparues ou des personnes que nous n’arrivons pas à joindre et dont le témoignage est nécessaire. Donc il n’y a pas forcément des choses à leur reprocher".

En plus claire, les forces de l'ordre lancent fréquemment des appels à témoin dans le cadre d'affaires policières afin de recueillir un maximum de témoignages et de faire avancer l'enquête ou de retrouver la personne recherchée au plus vite.

Au finish, dans le cadre d’une enquête, la police n’a pas pour obligation de donner de motif dans un appel à témoin. Quant à la population, elle ne doit pas s’attarder sur ces détails. Ce qui lui est demandé, c’est de poser des actes citoyens en collaborant avec les forces de l’ordre. Après tout, c’est dans son intérêt.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Ligue 1 : Une reprise infructueuse pour l’Asec Mimosas et l’Africa Sports

Covid-19- Grand-Bassam Fraternité : 100 familles du royaume de Moossou reçoivent leurs kits