En visite à Mama, son village natal, Laurent Gbagbo exprime sa reconnaissance à Nady Bamba





en-visite-a-mama-son-village-natal-laurent-gbagbo-exprime-sa-reconnaissance-a-nady-bamba


En séjouer à Mama, son village natal, Laurent Gbagbo a exprimé, lundi, sa reconnaissance à sa compagne Nady Bamba qui selon lui, a été un soutien important lors de son incarcération.  

"Il faut remercier ma petite femme Nady. Il faut la remercier parce que quand on est en palabre avec une femme on dit tout sur elle. Mais ce qu'elle a fait de bien aussi il faut dire. Nady a quitté Accra où elle était en exil, pour demander l'asile au Pays-Bas, pour être à la Haye à côté de moi et venir me voir toujours.

Les Pays-Bas ne lui ont pas accordé l'asile donc c’est la Belgique qui lui a accordé l'asile. Elle était à Bruxelles donc, et de Bruxelles à la Haye ça fait 200 km. Allée et retour, ça fait 400 km. Elle a bloqué 3 jours: mardi, jeudi et samedi, où elle était avec moi. Elle faisait 400 km en voiture, au volant. C'est ça qu'elle a fait pour moi principalement", a témoigné Laurent Gbagbo lors d’une rencontre avec les cadres et chefs traditionnels de la région du Gôh.

Poursuivant, l’ancien président a fait savoir que c’est elle qui le nourrissait, lui et certains pensionnaires de la Haye, notamment, le congolais Jean Pierre Bemba et Charles Taylor du Libéria.

10 jours après son retour en Côte d’Ivoire, Laurent gbagbo séjour du dimanche au lundi, à Mama, son village natal.

Définitivement acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo a regagner le 17 juin, la Côte d’Ivoire après 10 ans d’absence.

Quatre jours après son arrivée, l’ancien président a demandé le divorce avec son épouse Simone Ehivet après plus de 30 ans de mariage.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Visite du président du Sénat français en Côte d'Ivoire : Le groupe parlementaire Rassemblement dénonce le silence de Gérard Larcher

Observatoire de la qualité des services financiers : Un instrument qui s’impose de plus en plus