Dialogue politique inclusif : voici les points à discuter que propose Bédié





dialogue-politique-inclusif-voici-les-points-a-discuter-que-propose-bedie


Pour mémoire, du 21 au 29 décembre 2020, s'est tenue la troisième phase du dialogue politique, à l'initiative du Chef de l'Etat et présidée par Feu le Premier Ministre Hamed BAKAYOKO.

Ce dialogue portait sur l'environnement politique et l'environnement électoral.

Les points de convergence, ci-après, n'ont pas été mis en œuvre.

Ce sont :

1. Sur l'environnement Politique :

- La libération des prisonniers politiques, civils et militaires de la période 2010 à 2020;

- Le retour sécurisé de tous les exilés ;

- La cessation des poursuites judiciaires dont font l'objet, les militants de l'opposition suite aux crises politiques de 2010 à 2020;

- La poursuite des discussions à un haut niveau entre les présidents

Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara;

L'organisation des Assises Nationales pour la Paix et la Réconciliation;

- L'engagement ferme de la classe politique à poser des actions de nature à créer un climat sociopolitique apaisé, adossé à une charte de bonne conduite ;

- La mise en place d'un projet de repentance pour l'ensemble de la classe politique.

- La mise en place d'un système de justice et de réparation pour les victimes.

 A lire aussi: Réconciliation nationale : Bédié écrit à Ouattara, ce qu’il lui demande

II. Sur l'environnement électoral :

- L'amélioration du découpage électoral en préservant les acquis ;

- L'audit de la liste électorale, à l'instar de ce qui s'est fait au Burkina Faso et en Guinée ;

En plus de ces points de convergence non mis en œuvre, les points suivants peuvent être abordés :

 

III. Au plan de l'environnement socio-politique

- L'élargissement du cadre du dialogue politique à tous les acteurs politiques significatifs, notamment le Premier Ministre Guillaume SORO;

- Les questions de sécurité et d'intégrité territoriale (incursions terroristes au Nord du pays, l'orpaillage clandestin, le phénomène des microbes, la question des milices privées et des dozos);

- La question de la maîtrise de l'immigration et ses corollaires (conflits communautaires, fraude sur la nationalité ivoirienne, la pression sur le foncier rural);

- La question des libertés publiques (liberté de manifestations pacifiques, liberté d'expression et d'opinion);

- L'indépendance de la justice ;

- La question du mode de révision de la Constitution (adoption par référendum, exclusivement);

- Les entraves au libre fonctionnement des partis politiques (le non-paiement de la subvention de l'Etat depuis deux ans, la pression exercée sur les cadres des partis de l'opposition pour les obliger à adhérer au parti au pouvoir);

-La question de la Carte Nationale d'identité (coût, inscription des noms du père et de la mère, facilite de délivrance)

 

IV. Au plan de l'environnement des élections

- La mise en place d'un organe électoral indépendant et impartial, selon les normes internationales;

- L'instauration d'un système d'inscription sur la liste électorale de façon permanente;

La question de la sécurisation des opérations électorales pour garantir leur sincérité (violence électorale, destruction d'urnes et intimidation des électeurs); 

Fait à Daoukro, le 04 Août 2021

Henri KONAN BEDIE

Président du PDCI-RDA

Ancien Président de la République de Côte d’Ivoire.

En lecture en ce moment

FICAB (2e édition) Plus de 30.000 festivaliers attendus à Botro

Célébration de ses 60 ans, l’AIP dévoile le programme des festivités