Taekwondo : Après l'Assemblée générale élective, Maître Odilon sort de son silence





taekwondo-apres-lassemblee-generale-elective-maitre-odilon-sort-de-son-silence


Quelques semaines après les élections à la présidence de la fédération ivoirienne de taekwondo (FITKD), Me Odilon, ex-opposant à l’ex-président Bamba Cheick fait le grand déballage et appelle à l’union sacré autour du nouveau patron du taekwondo ivoirien. 

Quel commentaire faites-vous des élections passées ?

Avant de répondre il faut que nous parlions du contexte. Ces élections ont débuté dans un contexte très tendu. Normalement ces élections devaient se tenir en Avril 2021 mais pour des raisons d'Etat, d'intérêt général et d'objectifs nous, les membres  statutaires actifs, avions décidé le 19 décembre 2020 de prolonger le mandat de l’ex-président président Bamba Cheick Daniel volontairement. 

Cela est-il à la base des tensions ? 

Aussi c'est là où mon équipe et moi sommes entrés en action. Ainsi vu la situation explosive nous avons négocié et entamé des discussions avec le comité directeur sortant. Nous nous sommes mis d'accord  sur beaucoup de points dans le but de sécuriser le processus électorale. Ce qui nous a permis de fixer la date des élections au 30 octobre et déterminer les conditions idoines d'élections  claires et transparentes. 

Pourquoi certains candidats  contestent  les élections ?

En fait ils n’ont pas contesté  les résultats des élections car s'ils l’ont fait les taekwondo ins  vont les vomir pour leur mauvaise foi. Je tiens au passage à féliciter Maître Appolos et  Maître BATHILY pour leur fair-play. Ils ont perdu les élections, ils ont félicité le vainqueur et ils sont passés à autre chose. Respect à eux. Pour  revenir notre sujet je tiens à préciser que dans un souci d'apaisement nous avons exprimé le désir que tous les candidats participent au scrutin. Mais nous avons été surpris de voir leurs candidatures validées, alors qu'ils étaient persuadés du rejet de leurs dossiers en raison  des nombreux actes d’indignés et de défiance posés pendant 4 ans, certains candidats se sont retrouvés au Ministère des Sports dans le but de torpiller le scrutin. Avec cette attitude,visiblement nous comprenions qu'ils  ne voulaient pas aller aux élections puisqu'ils savaient  qu'ils ne pouvaient pas gagner ces élections, négativement marqués par  leurs comportements antérieurs. Ainsi ils ont créé un simulacre de coalition autour de leur mentor lui-même candidat pour se donner de l'importance, un peu de crédit.

Pourquoi dites-vous cela maître ?
Mais entre nous, s'ils avaient la légitimité des clubs ils auraient  organisé une assemblée générale extraordinaire depuis longtemps. Rires. Sinon pourquoi courir au Palais de Justice pour sortir une décision de justice la veille de cette assemblée générale ensuite courir partout dire que  l'AG est annulée alors que la décision de justice n'avait même pas encore été  signifiée à la fédération. Tenez-vous bien pendant qu'ils font tout cela ils ont continué de battre   campagne jusqu'à la veille de l'AG Elective. Entre nous est ce que tout cela est sérieux ? En fait  ils m'ont toujours fait rigoler. Voilà des gens pendant que Yacé, Remarck, Bathily Appolos battaient campagne, eux ils étaient assis au ministère des sports espérant une intervention divine.  Comme s'ils n'étaient pas au courant de la loi sur le sport qui ne donne pas ce pouvoir au ministre des Sports. Alors vu qu'ils n'ont pas eu gain de cause là-bas ils filent au Palais de Justice.

GZ avec Sercom

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Présidentielle 2020 : Une mission internationale fait des recommandations pour une élection apaisée

Côte d’Ivoire/ Des fumoirs démantelés à Bonoua: des boulettes de cannabis saisies