Licenciés depuis 5 mois, plus de 300 travailleurs réclament justice et interpellent le Gouvernement ivoirien





licencies-depuis-5-mois-plus-de-300-travailleurs-reclament-justice-et-interpellent-le-gouvernement-ivoirien


Plus de 300 personnes affirmant être des employés des sociétés dénommées SDTM et Global Manutention ont fait cas, ce vendredi 3 décembre 2021 à Yopougon, d’une injustice dont ils disent être victimes de la part des responsables de ces deux entreprises. Ils affirment avoir été licenciés il y a plus de 5 mois pour avoir réclamés certains droits qui leurs sont dus.

Cette activité de ce vendredi s’inscrivait dans le cadre d’une conférence de presse conjointement organisé par le Syndicat national des travailleurs de la SDTM et le Syndicat autonome des travailleurs de Global Manutention, sous la supervision de la Fédération générale des travailleurs de Côte d’Ivoire (FGTCI)

‘’ Voici aujourd’hui 5 mois que près trois cent travailleurs sont interdits d’accès à leurs postes de travail. Aux dernières nouvelles, il semble que le Pdg a donné des instructions fermes pour que ces travailleurs soient définitivement licenciés. Toutes choses que nous trouvons contraires au code du travail et que nous dénonçons avec la dernière énergie. Nous estimons que la situation au sein de SDTM et Gbobal Manutention mérite une attention particulière de la part de l’administration de travail et surtout du gouvernement de Côte d’Ivoire. ‘’ a soutenu Koudou Evariste, Secrétaire générale de la (FGTCI) qui a lancé un message assez clair.

‘’ Nous réclamons la réintégration immédiate des travailleurs qui ont été licenciés abusivement. Il faut que le code du travail de Côte d’Ivoire soit respecté par les entreprises. Il faut que dans toutes les entreprises de Côte d’Ivoire, le droit syndical soit exercé librement. Il faut les inspecteurs du travail ne soient pas confinés dans un rôle de conciliateur, il faut qu’ils prennent des décisions sinon tout est à l’avantage de l’employeur. Il faut que l’Etat regarde, là où les travailleurs sont en grève, qu’on n’envoie pas les policiers pour les bastonner ‘’ a lancé Koudou Evariste.

Joint au téléphone dans l’après-midi de ce vendredi, Coulibaly Zoumana , Directeur des ressources humaines de l’une des entreprises mises en cause, nous a clairement demandé de se référer aux avocats de l’entreprise . ‘’ Je n’ai rien à dire sur cette affaire. Envoyez-nous un courrier à l’entreprise. Les avocats vont vous répondre ‘’ nous a-t-il répondu.

Gael Z

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Paternité de la page Facebook "First Magazine": Les deux associés se battent pour l'administration

Bédié ou rien