2 décès et plusieurs hospitalisés dans un camp de prière au PK 17 : "Aucune trace d’intoxication alimentaire n’a été constatée" (Myss Belmondo Dogo)





2-deces-et-plusieurs-hospitalises-dans-un-camp-de-priere-au-pk-17-quotaucune-trace-dintoxication-alimentaire-na-ete-constateequot-myss-belmondo-dogo


À propos des personnes intoxiquées dans un camp de prière à Yopougon PK 17, sur la route de Dabou, Myss Belmondo Dogo, ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, a soutenu qu’il ne s’agit pas d’une intoxication alimentaire.

"Aucune trace d’intoxication alimentaire n’a été constatée (…) les victimes présentaient plutôt les symptômes de personnes affamées", rapporte-t-elle les conclusions de l’Observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale (OSCS). Ajoutant que les 16 personnes hospitalisées à l’hôpital général de Port-Bouët ont toutes été libérées et que seule celle du CHU de Treichville demeure hospitalisée parce que présentant des signe plus graves.

C’est tôt le matin du mardi 21 décembre 2021 que le Groupement des sapeurs-pompiers militaires a fait l’annonce d’un cas d’intoxication dans un camp de prière et que 2 personnes auraient trouvées la mort quand les autres ont été évacuées à l’hôpital général de Port-Bouët et d’autres au CHU de Treichville.

 

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Lutte contre le Covid-19 : les maquis et les restaurants reçoivent un important soutien

N'oublions pas les militaires incarcérés !