Sanction de la CEDEAO contre le Mali, Alpha Blondy s’indigne d’une décision aussi arbitraire contre un peuple frère





sanction-de-la-cedeao-contre-le-mali-alpha-blondy-sindigne-dune-decision-aussi-arbitraire-contre-un-peuple-frere


La star ivoirienne du Reggae, Alpha Blondy a élevé la voix pour s’indigner et s’insurger contre une décision aussi arbitraire de sanction prise, dimanche par la Cedeao  contre le Mali, un peuple frère.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, l’ambassadeur de la Cedeao pour la paix en Côte d’Ivoire a estimé que les sanctions infligées au Mali est un aveu d’impuissance de la Cedeao.

« Les Maliens n’ont pas à être victimes de votre incapacité à trouver une solution au problème djihadiste auquel il fait face depuis », a martelé la star du reggae pour qui la cause commune à toutes les crises que traverse le Mali, c’est le problème djihadiste.

A lire: La réplique du gouvernement malien face aux sanctions de la Cedeao et de l’Uemoa

Pour lui, « ce n’est pas juste » que les chefs d’état de la Cedeao fassent payer à tous les maliens, leurs erreurs politiques. « En tant qu’africain, en tant ambassadeur de la Cedeao pour la paix en Côte d’Ivoire, je me permets de m’indigner d’une décision  aussi arbitraire contre un peuple frère (…) le peuple malien ne mérite pas ça. C’est à vous de trouver une solution, comment aider le Mali à se défaire de ces djihadistes.

Alpha Blondy estime qu’au lieu de sanctionner aussi lourdement un peuple frère, chaque pays aurait pu venir en aide en fournissant 1.000 soldats chacun afin de permettre au Mali de se débarrasser, une bonne fois pour toute, de ces djihadistes. Il propose même que cette opération soit financée par la BCEAO.

Dimanche, après un sommet tenu à Accra, la Cedeao a sanctionné les autorités de transition maliennes ainsi que le peuple malien. Ainsi l’organisation régionale a décidé de geler les avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), de couper les aides financières, de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l'organisation, mais aussi de suspendre les transactions avec Bamako, à l'exception des produits médicaux et de première nécessité, les produits pétroliers et l'électricité, le gel des actifs et des avoirs de la République du Mali dans toutes les banques centrales des pays membres de la Cédéao, du gel des avoirs du gouvernement et des entreprises d'États maliens dans toutes les banques commerciales de la Cédéao.

 A lire aussi: Sanctions contre le Mali : la Guinée se désolidarise des décisions de la Cedeao et laisse ses frontières ouvertes au Mali

Mais Alpha Blondy voit derrière ces sanctions, la main de la France qui a maille à partir avec les autorités de transition du Mali. Pour lui, c’est la France qui a dicté ces décisions par rapport à son problème avec le Mali qui a décidé de se séparer de ses soldats et de faire appel aux soldats russes de la Wagner.

Pour lui, les coïncidences sont trop évidentes pour qu’il y ait l’ombre d’un doute et d’appeler ces chefs d’Etat à « réviser leurs copies ».

« Messieurs les Présidents, je vous en prie, ressaisissez-vous », a-t-il terminé

Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Résurgence de la violence dans le discours politique, l’ANP appelle la presse à privilégier son rôle d’arbitre

"Le RHDP est la garantie de la stabilité et de la paix en Côte d’Ivoire" (cadre PDCI)