Côte d’Ivoire /Promotion du genre : Le Ministre Sidi Touré salue l’initiative des femmes des médias





Côte d'Ivoire,promotion du genre,Sidi Touré,médias


Le Réseau des femmes journalistes et professionnelles de la communication de Côte d’Ivoire (Rejpci) a organisé, en partenariat avec le Bureau pays de l’Unesco et l’ONU FEMMES, ce Jeudi 7 mars 2019, la première éditions des "Petits Déjeuners du Genre" (PDG).
Le ministre Sidi Tiemoko Touré, l’invité  de cette rencontre avec les femmes des médias,  a salué la décision du président Alassane Ouattara qui fait obligation à toutes les administrations d’avoir au moins 30% de femmes dans leurs effectifs. Il a félicité les femmes journalistes et communicatrices pour cette "initiative pertinente  et  originale".
"Les médias ont beaucoup d’influence dans notre façon de voir et de percevoir le monde", a-t-il reconnu. Même si la situation dépeinte par Agnès Kraidy,  la présidente du réseau et initiatrice de cette plate-forme n’est pas reluisante en faveur des femmes dans le secteur des médias. 
Sidi Touré Tiemoko pense qu’une société ne peut se construire efficacement qu’en prenant en compte toutes ses composantes. 
Pour joindre l’acte a la parole, il a fait en sorte que le genre soit respecté dans son cabinet, mais aussi dans tous les services sous sa tutelle.
"ONU Femmes veut œuvrer pour modifier le paysage des médias et le mettre au service des libertés des sexes. Nous devons atteindre cet objectif en 2030. Il faudra favoriser le pacte médiatique de cette organisation qui devrait fonctionner comme une alliance des organisations des medias qui s’engage à tenir un rôle actif dans la promotion des questions du genre", a-t-il signifié 
"Les PDG" est une activité de sensibilisation et de plaidoyer sur les problématiques liées au genre organisée par le Réseau des Femmes journalistes et des professionnelles de la Communication (ReFJPCI
SolangeARALAMON 

 

En lecture en ce moment

La BRVM présente la troisième cohorte de son programme d’accompagnement des PME, lundi

Santé du président gabonais: la Cour d’appel se dessaisit de la demande d’expertise