Processus électoral : 58 élèves de l’ENA à l’école de la CEI





processus-electoral-58-eleves-de-lena-a-lecole-de-la-cei


Quelque 58 élèves issus de l’Ecole normale d’administration (ENA) des trois cycles à savoir, moyen, moyen supérieur et supérieur se sont succédé les 8, 9 et 10 février 2022 au siège de la Commission électorale indépendante (CEI) pour compléter leur formation théorique sur un module lié à l’initiation aux processus électoraux.

Au cours de cette immersion, les vice-présidents Salimata Porquet, Alain Dogou et Sourou Koné, ont expliqué, à chaque cycle,  l’organisation, les attributions et le fonctionnement de l’organe de gestion des élections. Ils ont particulièrement insisté sur le mode de fonctionnement inclusif de la CEI et les textes de lois, gages de transparence des opérations électorales, qui ne laissent aucune place à la fraude. Pour eux, ni les élections ni la révision de la liste électorale ne sont susceptibles de manipulation au regard des mécanismes existants.

Au cours des échanges, les énarques ont voulu comprendre le parrainage citoyen, le délai de proclamation des résultats, les violences liées aux élections.

Sur ce dernier point, les trois conférenciers sont unanimes. Il faut plutôt regarder du côté du jeu des politiciens, ont-ils dit citant les exemples de l’élection du président de la République, le 31 octobre 2020, qui a connu des violences, et l’élection des députés à l’Assemblée Nationale, le 6 mars 2021, qui s’est tenue sans heurts.

« Ces élections se sont déroulées avec les mêmes acteurs », rappelle Alain Dogou. La CEI comme principale organisatrice et les politiques comme participants. Pourtant, les deux n’ont pas connu les mêmes fortunes. « Il faut chercher les causes des violences ailleurs, pas à la commission électorale ».

Pour les commissaires de la CEI, une élection apaisée dépend autant d’eux, des populations que de la classe politique.

Ils  ont invité ces futurs animateurs de la haute administration ivoirienne à être de bons ambassadeurs de la CEI pour des élections apaisées, à continuer de s’instruire sur les processus électoraux et surtout à demeurer professionnels lors des opérations électorales.

Chacun des trois cycles a eu droit à une visite guidée des  locaux de la CEI et une phase pratique de la compilation des résultats par le 1er Secrétaire Permanent Adjoint, Emile Ebrottié.

A l’issue de ces trois journées, Salomon Bayoro, Enseignant à l’Ena et initiateur du module sur les élections, a salué une expérience enrichissante à renouveler.

Pour sa part, le Secrétaire Permanent de la CEI, Pierre Adjoumani, s’est réjoui de cette initiative et se dit impatient de collaborer avec ceux du cycle supérieur qui partent très bientôt sur le terrain. 

Pacôme Tchetché, auditeur du cycle supérieur, s’est dit satisfait et a avoué « avoir mieux compris le fonctionnent de la commission électorale ».

Lambert KOUAME : Source CEI

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Afrique du sud : Jacob Zuma passe sa première nuit en prison

Inscription sur la liste électorale Jean-Louis Moulot sensibilise les différents corps de métier de Grand-Bassam