Affaire blocus cacao ivoirien, Alassane Ouattara tape du point sur la table "Si les européens ne veulent pas acheter notre cacao, il y en a d’autres qui vont l’acheter"





affaire-blocus-cacao-ivoirien-alassane-ouattara-tape-du-point-sur-la-table-quotsi-les-europeens-ne-veulent-pas-acheter-notre-cacao-il-y-en-a-dautres-qui-vont-lacheterquot


Le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, n’est pas allé de mains mortes pour asséner ses vérités aux députés européens qui envisageraient de voter une loi qui empêcherait le cacao ivoirien d’entrer sur leur territoire parce que "issu de la déforestation". 
Interrogé par des confrères de RFI et France 24, mercredi, Alassane Ouattara a fait savoir aux européens que ce n’est pas de leur intérêt de vouloir agir ainsi surtout que le monde est multipolaire aujourd’hui.  
" Si les européens ne veulent pas acheter notre cacao, il y a d’autres qui vont l’acheter.  Si les américains ne veulent pas acheter notre cacao,  il y a d’autres qui pourront l’acheter", a martelé Alassane Ouattara pour qui ce n’est pas en menaçant que le problème sera résolu.  Mais en "travaillant ensemble pour que le cacao soit durable".
Il a dénoncé les leçons faites à la Côte d'Ivoire par les européens alors que ceux ci ont utilisé le charbon durant 30 ans pour polluer le monde.
"Nous sommes d’accord pour le problème de l’environnement soit au cœur de ce que nous faisons. Mais qu’est ce que Afrique représente en matière de pollution,  4%. Et les 96 %, quels sont ceux qui le font? Ce sont les occidentaux.  Et vous vous êtes développés comment?", s’est-il interrogé.
Pour le Président ivoirien,  il faut travailler ensemble pour trouver des solutions car l’Afrique a aujourd'hui une génération de chefs d’États et une jeunesse qui connaissent leurs responsabilités et font ce qui est bien pour leurs pays et leurs peuples.
"Nous ne voulons pas l’importation d’idéologie ni de culture ni de Constitution.  C'est terminé.  Il faut que la considération soit de part et d’autre entre l’Europe et l’Afrique" , s’est-il voulu clair, appelant les européens au respect des engagements pris. 
Cette partie de l’interview du président Alassane Ouattara n’a pas été diffusée, note-t-on. 
Lambert KOUAME

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Coronavirus: L'État cherche des solutions pour les ivoiriens bloqués à l'extérieur

Statut et code électoral de la Fif : le Comité de normalisation a débuté les séances d'explications