Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire





Côte d’Ivoire,anacarde,Conseil du coton et de l'anacarde,transformation


 Le groupe Vietnam T&amp T Vietnamien envisage de construire une usine de transformation de l’anacarde d’une capacité de 50.000 t en Côte d’Ivoire, a annoncé le directeur général du Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA), Dr Adama Coulibaly.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la promotion d’un programme de coopération portant sur le projet de la création d’une usine de transformation et d’achat de masse de noix de cajou, conclu par le conseil du coton et de l’anacarde et le groupe Vietnam T&T fin décembre 2018.

“Le Conseil du Coton et de l’anacarde s’engage à assurer la disponibilité des matières premières pour répondre aux besoins de T&amp T groupe en fonction des conditions du marché”, a expliqué le directeur général du Conseil du coton et l’anacarde, Dr Adama Coulibaly.

En dehors de cet accord, la Côte d’Ivoire a planifié un projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde (PPCA), dont la mise en œuvre va aboutir à la créa d’unités de transformation de la noix de cajou dans les villes de Bouaké, Korhogo, Séguéla et Bondoukou”, a t il rappelé.

Ce projet, qui s’étend sur la période de 2018 à 2023, est financé par la Banque mondiale à hauteur de 107 milliards de francs CFA pour permettre à la Côte d’Ivoire, en tant que premier pays producteur africain de la noix de cajou avec 766.000 tonnes, de mettre maintenant le cap sur la transformation de la noix de cajou après les reformes de la filière cajou en 2014.

La Côte d’Ivoire ne transforme en ce moment que 10% de sa production, a-t-on appris.

aip

En lecture en ce moment

Le chef de l’Etat annonce des projets de loi renforçant les droits des femmes et des mineurs

Parti unifié : "L’aventure avec le RHDP est ambiguë", selon Jean Louis Billon