L’ASDM remet plus de 150 millions de FCFA de subvention à 9 organisations professionnelles des médias





lasdm-remet-plus-de-150-millions-de-fcfa-de-subvention-a-9-organisations-professionnelles-des-medias


L’Agence de soutien et de développement des médias (ASDM), ex Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP) a remis, ce mercredi 30 novembre 2022, au cours d’une cérémonie tenue au siège de ladite agence, des subventions aux organisations professionnelles des médias (OPM).

C'est au total, la somme de 152. 240. 000 FCFA que l’Etat de Côte d’Ivoire a accordé à neuf organisations professionnelles des médias au titre de l’année 2022. Ce sont : le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI), l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), l’Union des radios de proximité (URPCI), le Syndicat national des professionnels de la presse privée de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI), la Mutuelle générale des agents des médias privés de Côte d’Ivoire (MS Médias), la Plateforme numérique de Côte d’Ivoire (PNCI), la Conférence des producteurs audiovisuels de Côte d’Ivoire (CPACI), l’Association des producteurs de série télévisées de Côte d’Ivoire (APSTCI) et l’Association tâche d’encre.

Ces accompagnements vont dans six rubriques, à savoir, les financements de charges de fonctionnement, l’organisation de réunions statutaires, l’organisation d’événements de référence pour la promotion des acteurs de la profession, la formation à travers l’ISTC Polytechnique, le financement de projets structurants et le volet social par le soutien aux allocations viagères pour 10 journalistes seniors, a expliqué le directeur général de l’ASDM, Méité Sindou.

Pour lui, la « montée » en puissance de l’aide publique de l’Etat à tout l’écosystème des médias par le passage du FSDP à l’ASDM s’inscrit dans la vision du chef de l’Etat face à une presse qui traverse une crise structurelle et profonde.  

Il a appelé les acteurs de la presse à se serrer les rangs et à travailler ensemble pour faire renaitre l’espoir, assurant en outre que les médias ont un allié de poids à savoir, le président  Alassane Ouattara qui selon lui a mis près de 15 milliards FCFA sur la table de l’aide publique aux médias en 13 ans.

Cette aide qui cumulait à un peu plus de 2 milliards de francs CFA en 2022 pourrait connaitre, compte tenu des nouveaux bénéficiaires inscrits dans notre champ de compétences, une multiplication par deux et demi à partir de 2023, pour frôler les 5 milliards de francs CFA, a-t-il projeté. Et d’appeler les bénéficiaires « à faire bon usage du soutien de l’Etat de Côte d’Ivoire »

C’est ainsi que le chef de l’Etat consentira année après année, à consolider l’accompagnement pour parvenir au 0,01% du budget de l’Etat » qui cumule aujourd’hui à 11.000 milliards FCFA tel que souhaité par le président de l’UNJCI.

Représentant le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Agnès Kraidy a appelé les acteurs du secteur à travailler ensemble avec l’Etat de Côte d’Ivoire.

S’agissant des difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs des médias, la conseillère a rassuré que le ministre sera toujours avec eux pour les sortir des difficultés et restaurer leur rayonnement.

Au nom des récipiendaires, le président de l’UNJCI, Jean Claude Coulibaly a exprimé sa reconnaissance au ministre de la Communication et à travers lui, au gouvernement pour cette « bouffée d’oxygène ».

Pour lui, ces chèques entre dans le cadre des nombreuses actions que de l’Etat de Côte d’Ivoire pose en faveur de la presse ivoirienne. Il a appelé les responsables des OPM à l’utilisation à bon escient de la subvention qui leur sera remise.

Mais face la crise que traverse les médias, le président de l’UNJCI plaide pour « un plan Marshall » qui puisse sauver la presse ivoirienne afin qu’elle joue son rôle combien important dans le développement de la Côte d’Ivoire.

« Le gouvernement sera disposé à nous aider davantage que s’il est pleinement satisfait de l’affectation que nous allons faire de ce qui nous a été octroyé. Nous n’avons pas le droit de décevoir. Il y va de la survie de notre corporation », a conclu Jean Claude Coulibaly.  

Lambert KOUAME    

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Houphouët a eu raison

Parrainage de l’AFI à Idriss Diallo : Guy Demel attaque la FIFPro