Mobilisation contre les cancers de l’enfant en Afrique: Deux organisations s’unissent pour soutenir hôpitaux et personnels médicaux





mobilisation-contre-les-cancers-de-lenfant-en-afrique-deux-organisations-sunissent-pour-soutenir-hopitaux-et-personnels-medicaux

Un vue des membres des deux organisateurs



Dans le cadre de la Journée internationale du cancer de l’enfant, Foundation S, l’entité philanthropique de Sanofi, et le Groupe franco-africain d’oncologie pédiatrique (GFAOP) ont organisé le 22 février 2023 à Rabat au Maroc, une conférence panafricaine sur le thème «Cancers de l’enfant en Afrique : défis, perspectives et solutions », nous informe un communiqué dont pressecotedivoire.ci a reçu copie.

Cette rencontre médicale et de plaidoyer, a été l’occasion, selon la note, pour Foundation S et le GFAOP de réaffirmer leur engagement à collaborer sur des initiatives communes pour soutenir l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’atteindre un taux de survie d’au moins 60 % pour tous les enfants du continent africain atteints de cancer d’ici 2030. La collaboration entre les deux entités, renouvelée en 2022 pour trois ans, consiste à soutenir les hôpitaux et le personnel médical des pays d'Afrique occidentale et francophone dans leur lutte contre les cancers de l'enfant, en leur proposant des formations dédiées sur l’oncologie pédiatrique, l’amélioration des capacités de diagnostics, l’accès aux traitements ou encore les recommandations thérapeutiques pour les 5 cancers pédiatriques les plus fréquents en Afrique.

"Notre objectif est d’augmenter les capacités d’action des équipes pour qu’un maximum d’enfants atteints de cancer soient traités en Afrique francophone, à des coûts accessibles, et que l'on puisse atteindre un taux de guérison d’au moins 60 % des enfants arrivant dans les services spécialisés avec une maladie prise précocement en charge, grâce à un accompagnement structuré", a déclaré à cette occasion, la présidente du GFAOP, Pr Laila Hessissen.

Elle a ajouté, selon le document, qu’en Afrique sub-saharienne francophone, au moins 30 % des enfants qui arrivent dans les unités d’oncologie pédiatrique existantes sont à un stade de la maladie trop avancé pour recevoir un traitement à visée curative, et dans la population hospitalisée, la proportion des enfants qui guérissent reste inférieure à 20 %.

Pour la spécialiste, les raisons de cette différence sur la survie tiennent à plusieurs facteurs que sont entre autres, le manque de formation et d’information sur la curabilité des cancers, l’insuffisance des infrastructures et l’accès souvent difficile aux centres de soins parfois éloignés, mais surtout le retard au diagnostic. Et c’est pour remédier à cette inégalité que la société Sanofi a lancé en 2005 le programme "My Child Matters" (MCM) pour soutenir les enfants atteints de cancer et leurs familles.

Pour le directeur du Programme cancers de l’enfant à Foundation S, Isabelle Villadary, depuis 2005, ce sont 140.000 enfants atteints de cancer qui ont été positivement impactés et plus de 41.000 professionnels de santé qui ont bénéficié de formations ciblées en oncologie pédiatrique, au travers de 83 projets soutenus par "My Child Matters".

En septembre 2022, Foundation S a lancé un nouvel appel à projets. 60 équipes projets ont répondu, dont 24 en provenance d’Afrique. Le comité d’experts de "My Child Matters", chargé de la sélection finale des projets, rendra sa décision finale à la fin du mois de mars 2023, indique le communiqué.

Solange ARALAMON

 

 

 

En lecture en ce moment

Hommage à Arafat DJ : La parade des motards en images

CPI/ Acquittement de Gbagbo et Blé Goudé : Le Rassemblement pour le Progrès et la Paix "salue la décision"