Les forêts et la santé : Laurent Tchagba lance un appel fort aux populations ivoiriennes





les-forets-et-la-sante-laurent-tchagba-lance-un-appel-fort-aux-populations-ivoiriennes

Le ministre des eaux et forêts entouré des panelistes et de ses collaborateurs



Le ministre des Eaux et Forêts, Laurent Tchagba, a lancé un appel fort aux populations ivoiriennes, dans le cadre de l’édition 2023 de la Journée internationale des forêts qui s’est déroulée le lundi 27 mars 2023 à Abidjan.

«Il est important de retenir que créer aujourd’hui sa forêt, c’est garantir pour ses enfants et ses petits-enfants l’oxygène nécessaire pour leur survie et leur vie. C’est préserver sa communauté de l’avancée du désert», a-t-il expliqué, au terme de deux panels de haut niveau ayant pour thème «la forêt, un écosystème aux multiples fonctions et contribution des forêts à la préservation de la santé des populations».

Pour lui, chaque Ivoirien doit «séquestrer l’oxyde de carbone et les gaz à effet de serre, facteur de destruction de la couche d’ozone et facteur de réchauffement de la planète terre».

M. Tchagba a promis de se servir des recommandations de ce débat en vue de constituer une boussole dans l’atteinte des objectifs de son département, en matière de reconstitution du couvert forestier. Il a précisé que le thème interpelle l’ensemble des couches socioprofessionnelles, ainsi que chaque personne physique et morale sur la dégradation avancée de l’écosystème.

Le Pr Zihiri Guédé, professeur titulaire de Botanique, spécialité plante médicinale, molécule naturelle et phyto-médicament au département Bioscience de l’Université Félix Houphouët de Cocody s’est, quant à lui, prononcé sur l’importance indéniable de la forêt dans la vie de l’homme.

«La plante est autotrophe. Elle se nourrit, elle fabrique des aliments et des médicaments. Sans elle, on ne peut pas avoir une bonne santé, on ne peut pas se nourrir. La plante produit tout ce qui est médicament et chez nous on dit que la forêt est la plus grande usine chimique dans le développement des médicaments», a expliqué le spécialiste.

Il a invité les populations à protéger la forêt à travers des actions de reboisement, de constitution des plantations de plantes qui ont fait leur preuve dans le domaine médicale et la création de structures pour analyser les plantes et extraire les principes actifs pour la fabrication des médicaments. Car pour lui, «la forêt fournit tout, il faut donc la protéger»

Le premier thème de ce panel de haut niveau, «la Forêt, un écosystème aux multiples fonctions», a été développé par le directeur général du Développement durable, le Pr Aboua Gustave, la chargée de programmes à la FAO Ziéhi Antoinette, Vincent Beligne du GIZ, Ben Salah du Syndicat des producteurs industriels du bois (SPIB) et Jean-Paul Aka du PNUD.

Le second thème portant sur «la contribution des forêts à la préservation de la santé des populations» a été décortiqué par le directeur du Service des maladies infectieuses tropicales, le Pr Serge Eholié, Mme Adrienne Soundélé de l’ONG Soundélé Konan, le  Pr Zihiri Guédé, M. N’Dori Ando Joseph de la Chambre des rois et chefs traditionnels et le Dr Coulibaly Brahima, chercheur au CNRA.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

Après le Niger, Guillaume Soro au Burkina Faso

Guillaume Soro : "Dieu n’a pas encore dit son dernier mot"