Crise dans l’enseignement supérieur : le ministre Adama Diawara rencontre les organisations estudiantines





crise-dans-lenseignement-superieur-le-ministre-adama-diawara-rencontre-les-organisations-estudiantines

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Adama Diawara



Dans un communiqué que nous avons consulté sur la page Facebook officielle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le ministre chargé dudit département ministériel, Adama Diawara, a eu une séance de travail avec les organisations estudiantines relativement à des préoccupations qu’elles ont soulevées. C’était le samedi 29 avril 2023, à son cabinet.

Au nombre des revendications, le dysfonctionnement du nouveau système d’inscription dans les universités publiques, l’instauration d’un test de sélection entre la Licence et le Master et la volonté inavouée du ministère de mettre fin à la formation continue dans les universités publiques par la réduction du nombre de sélectionnés et le refus d’homologation des frais d’inscription y afférents.

 Le document ajoute également la difficulté de délivrance du DEUG et de la Maîtrise, la lenteur dans la signature et la délivrance des documents administratifs (relevés de notes, certificats de scolarité, diplômes, etc.), la dégradation avancée de certaines infrastructures universitaires, l’exigence d’une somme comprise entre 1.000 et 1.500 FCFA pour le retrait des diplômes à l’Université AO-Bouaké, le prélèvement injustifié de 3.500 FCFA pour la confection des cartes d’étudiant dans les universités et grandes écoles privées par le ministère (MESRS) et l’ouverture d’un nouveau processus de logement en résidence universitaire par le CROUA1, en moins d’une année du précédent processus de logement.

 Le ministre Adama Diawara, selon la note, a apporté des réponses aux différentes préoccupations des organisations estudiantines et les a invitées à la poursuite des négociations le jeudi 04 mai 2023. 

Selon nos sources, cette rencontre fait suite à la volonté de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) d’entrer en grève le mardi 25 avril 2023, le jour même de l’intervention du président de la République, Alassane Ouattara, devant le Congrès. Etant donné que cette grève n’a pas eu lieu, la FESCI entendait remettre le couvert ce mardi 02 mai 2023.

Solange ARALAMON

 

 

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire / Deuil : La belle-fille d’Alassane Ouattara décédée

Covid-19: Louis Abonouan remet des dons au royaume baoulé