La guerre en Ukraine et ses mensonges





la-guerre-en-ukraine-et-ses-mensonges


Apparemment, la ville de Backhmout est prise par les forces russes. Celles-ci ont même été félicitées par le Kremlin. Pourtant, cette même semaine, la presse occidentale annonçait que l’Ukraine revendiquait, la prise aux unités russes, de plus de 20 km2 au sud et au nord de la ville.

Peut-être se sentant trahie, la presse française met cette fois en doute les propos de Zelensky et ses collaborateurs qui remettent en question la prise de cette ville objet de durs combats depuis près de dix mois. « Malgré des propos confus, Zelensky dément la prise de Bakhmout par les Russes », lit-on sur le site du journal français le JDD.

Après l’annonce ukrainienne de la reprise de plus de 20 km2 de la ville martyre, des spécialistes de la guerre avaient même indiqué sur des plateaux télé, avec délectation, qu’en réalité, c’est la contre-offensive ukrainienne qui venait de commencer ainsi. Et que c’était la meilleure stratégie pour étouffer l’ennemi russe qui serait essoufflé après les rudes combats qu’il a livrés.

La nouvelle situation de Bakhmout montre combien la prudence doit être de mise à tout moment sur les informations qui reviennent d’un champ de bataille. On croirait encore naïvement que l’armée ukrainienne continue sa marche en avant si les Russes n’avaient pris sur eux de donner à voir des images ou des vidéos des traces laissées par les forces ukrainiennes.

Selon le militaire russe qui présente les images vidéos de ravages, les Ukrainiens ont fait tomber tous les bâtiments « pour que nous ne nous en servions pas. Dans leur repli, ils ont laissé des ruines ».

A y voir de près, la montée en puissance des armes russes ces derniers jours et la stratégie mise sur pied par le chef d’état-major russe ont fini par noyer les armes ukrainiennes. Lesquelles armes subissent les attaques en règle des nouveaux instruments russes qui écrasent tout sur leur passage. Puisqu’ils ne ménagent même pas les défenses anti-aérienne Patriot déployées par les Américains.

Cette défaillance pourrait expliquer la décision prise au Japon lors de la dernière réunion du G7 de livrer les avions de combat F16 à l’Ukraine. Les premières armes et les munitions envoyées en Ukraine n’ont pu faire plier le voisin russe. On a fait appel à d’autres armes plus sophistiquées. La situation n’a pas changé.

On est passé aux défenses anti-aérienne avec ce qu’il y a de mieux dans l’OTAN. Ces défenses ont été transpercées par les missiles russes.

On a pris la décision d’envoyer sur le théâtre des opérations les chars de combat allemands et américains dont les spécialistes ont vanté les extraordinaires qualités. Apparemment, ils ont été « brûlés » comme promis par les Russes. Maintenant, on fait appel aux avions de combat F16. Si les F16 ne produisent pas l’effet escompté, que feront les Américains qui tiennent à manger du Russe ?

Sortir encore l’arme nucléaire ? N’est-ce pas pour cette raison que la réunion du G7 s’est tenue à Hiroshima au Japon, une des villes japonaises qui, de fâcheuse mémoire, ont subi les premiers bombardements atomiques dans le monde en 1945 ?

Abdoulaye Villard Sanogo

 

 

 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Accusé de corruption, le président soudanais déchu comparaîtra la semaine prochaine

Sécurité: Le poste de gendarmerie de Kouassi-Kouassikro ouvre ses postes