Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas (ASCAD) : Maurice Kouakou Bandaman remplace Bernard Dadié





academie-des-sciences-des-arts-des-cultures-dafrique-et-des-diasporas-ascad-maurice-kouakou-bandaman-remplace-bernard-dadie

Maurice Bandaman et Bernard Dadié ont des parcours qui se ressemblent en bien des points



L’actuel ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France et ancien ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a intégré il y a quelques jours l’Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas (Ascad), la société savante ivoirienne. Il occupera le fauteuil de Bernard Dadié, décédé en 2019 et représentera le domaine des Lettres et sciences humaines au sein de l’académie.

Écrivain dramaturge, poète et romancier, Maurice Kouakou Bandaman a vu le jour le 19 avril 1962 à Toumodi. Il est l’ancien président de l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire. Il est l’auteur de Le fils de la femme mâle (roman), Même au paradis, on pleure quelquefois (roman), Au nom de la terre (théâtre), La bible et le fusil (roman). Il a reçu le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1993.

Créée le 1er décembre 2003, l’ASCAD regroupe des scientifiques, des philosophes, des écrivains, des artistes, des créateurs et des inventeurs dont les œuvres honorent la civilisation africaine et participent au développement socio-économique, ainsi qu’au rayonnement de la Côte d’Ivoire, de l’Afrique et des diasporas africaines.

Depuis sa création, la société savante ivoirienne a connu quatre présidents. De 2001 à 2008, le professeur Harris Memel Fotê puis le professeur Barthélémy Nguessan Kotchy de 2009 à 2015 auquel succédera le professeur Daouda Aïdara en 2015 pour céder son fauteuil en juin 2018 au professeur Antoine Hauhout Asseypo qui dirige depuis cette date ce temple de la production d'idées. 

Solange ARALAMON

 

 

En lecture en ce moment

Affrontements entre Policiers et manifestants ce lundi à Yopougon (photos)

Bruno Nabagné Koné au Press club de l’UNJCI: « On ne s’installe pas partout et n’importe comment »