Egalité homme-femme : « sur le papier, la Côte d’Ivoire a adhéré à toutes les conventions, mais sur le terrain… », (ambassadeur UE)





egalite-homme-femme-sur-le-papier-la-cote-divoire-a-adhere-a-toutes-les-conventions-mais-sur-le-terrain-ambassadeur-ue

L’ambassadrice de l’Union européenne disposée à accompagner les femmes pour leur autonomisation



L’ambassadrice de l'Union européenne (UE) en Côte d’Ivoire, Franscesca Di Mauro, invitée des « causeries de l’AIP », ce mercredi 27 mars 2024 au siège de l’Agence ivoirienne de presse, en marge de la célébration de la journée mondiale des droits des femmes, s’est réjouie que sur papier, la Côte d’Ivoire ait adhéré à toutes les conventions internationales sur l’égalité homme-femme.

« Si nous regardons au-delà de la Constitution, la Côte d’Ivoire a adhéré à pratiquement toutes les conventions internationales que ce soit des Nations Unies, le protocole de Maputo, sur le papier, tout a été approuvé. Ce qui démontre une volonté politique d’avancer dans ce domaine », s’est félicitée la diplomate qui se prononçait sur le thème « Egalité homme-femme, acquis et défis ».

Toutefois, a-t-elle relevé, si on regarde un peu plus les chiffres publiés par le Pnud en septembre dernier, il ressort qu’en termes de représentation politique, les femmes ont un quota de 30 %. « Mais, nous sommes à 15 % de représentation des femmes », a-t-elle dit révélant qu’au niveau de l’Union européenne, ce taux est évalué à 70 %.

Sur les entraves de l’effectivité de cette représentativité de la femme, Franscesca Di Mauro évoque pas mal de défis autour de la scolarisation des filles, combinés avec la question des grossesses précoces qui sont très diffusées en Côte d’Ivoire.

Outre la scolarisation, il y a aussi la question foncière, a-t-elle ajouté, précisant que seules quelque 10 % de femmes possèdent des terres contre 60 % d’hommes. Les femmes en milieu rural sont plus pauvres que les hommes et le taux de natalité reste très élevé. De même, le taux de mortalité de femmes en couche reste aussi très élevé pour un pays comme la Côte d’Ivoire, qui a un revenu moyen, a-t-elle détaillé.

Elle a loué le courage des femmes qui, malgré les pesanteurs, les préjugés, continuent de lutter pour leur autonomisation. Pour elle, il faut les encourager, leur donner des fonds pour créer de petites entreprises surtout que quand elles entrent dans un domaine dominé par les hommes, ceux-ci ne les acceptent pas tout de suite.

« Mais j’ai aussi trouvé des hommes engagés. Il y a des hommes qui luttent aux côtés des femmes pour l’égalité homme-femme. Et je pense que c’est aussi la clé importante. Trouver des hommes qui sont là pour les femmes qui ont un leadership », a appelé la successeure de Jobst Von Kirchmann.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Des anciennes gloires féminines du Sport ivoirien partagent leurs expériences

Gestion des ressources en eau et accès à l’assainissement : Plus d’un millier de femmes réfléchissent sur les défis, à Abidjan