Accusé de plagiat : Orange Côte d’Ivoire bientôt devant les tribunaux





Orange Côte d'Ivoire,Africabox production,Taximan kpakpato


Un litige opposant Orange Côte d’Ivoire à la structure Africabox production risque de finir devant les tribunaux si l’on en croit Angé Akessé, président du groupe Africabox, qui a animé une conférence de presse, ce vendredi, à Abidjan.

 

De quel litige s’agit-il ? Africabox production est propriétaire d’une série humoristique lancée sur le web et à la télévision en mai 2016. Dénommée "Taximan kpakpato", ce téléfilm comprends 12 saisons de 250 épisodes chacune.
Selon Angé Akessé, "la série a connu un véritable succès auprès de la diaspora africaine du monde entier, lui donnant par ricochet une forte notoriété et des centaines de millions de vues".
Mais, ajoute l’orateur, ce conte de fées va prendre fin lorsqu’en novembre 2017, la société Orange Côte d’Ivoire lance l’offre commerciale "Pass Illimix" appuyée par une campagne de communication fait de spots et d’affiches publicitaires. Le hic dans l’affaire, révèle le conférencier, c’est que le spot publicitaire est " la parfaite copie de l’œuvre Taximan kpakpato". Pire, l’acteur principal de la série télé, N’Goran Yao Célestin, y figure avec le même rôle, celui du conducteur de taxi.
Dès lors, explique Ange Akessé, tout a commencé à s’écrouler pour la production. Selon lui, joint, l’acteur principal, ne répond pas présent aux convocations. Ce qui complique l’affaire puisqu’il était prévu pour prendre part aux tournées prévues pour octobre 2017 et aux spectacles dans 18 pays africains. "Vous convenez avec moi que dans ce genre de choses, ce sont les acteurs que le public veut voir.  N’Goran étant absent, nous avons tenté de la remplacer. Mais le public n’a pas accepté le nouvel acteur. À cause de cela, nous avons arrêté le programme après deux saisons et interrompu la tournée ", fait savoir le président du groupe Africabox.
Dans les tentatives de trouver un règlement à l’amiable pour le préjudice subi, M. Akessé explique que la structure de production a adressé un courrier qui est resté sans suite. Un second courrier restera également sans suite. "A part que c’est la régie qui s’occupe de la publicité de cette société de téléphonie qui nous a contacté pour nous dire qu’en échange, elle nous trouvera des marchés. Ce que nous avons refusé", soutient Ange Akessé. Qui pense qu’après avoir attendu 1 an et 4 mois, il est temps de donner une suite judiciaire à cette affaire. "Dès la semaine prochaine, nous allons saisir le tribunal du commerce", a-t-il conclu.

Le préjudice subi s'élève à 32 milliards FCFA, selon le conférencier.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Fêtes de fin d’année : Le gouvernement "interdit l’usage des pétards et feux d’artifices"

Conseil des ministres/Grève dans la fonction publique : Le gouvernement rejette toutes les revendications à caractère financier