Convention du PPA-CI : investi candidat du PPA-CI pour la présidentielle, Laurent Gbagbo promet de faire un seul mandat





convention-du-ppa-ci-investi-candidat-du-ppa-ci-pour-la-presidentielle-laurent-gbagbo-promet-de-faire-un-seul-mandat

Cette clé symbolique devra permettre à Laurent Gbagbo de parcourir toute la Côte d’Ivoire et expliquer son projet de société



La convention du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI) a, à l’issue d’une convention tenue ce vendredi 10 mai 2024 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan, désigné l’ancien président Laurent Gbagbo, comme son candidat à l’élection présidentielle de 2025.

« Chers amis, une fois de plus, une fois encore, j’accepte d’être votre candidat pour aller à la bataille. Parce qu’il s’agit de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique et nous ne pouvons pas laisser les autres se battre pour nous. Nous devons nous battre, nous-mêmes », a répondu Laurent Gbagbo après avoir été investi par le 1er vice-président, Dr Assoa Adou, et reçu la clé devant lui permettre d’ « ouvrir les portes » de la Côte d’Ivoire.

A cette occasion, il a pris plusieurs engagements devant une foule nombreuse, acquise à sa cause. « Le premier engagement que moi, je peux prendre devant vous, c’est que je vais faire un seul mandat pour fixer les clous », s’est-il proposé, estimant qu’il y a beaucoup de personnes qui jouent avec la gestion de l’Etat parce que les clous n’ont pas été fixés. « Donc le 1er engagement, c’est de dire que je vais faire un mandat, mais un mandat où tout sera bouclé », a-t-il insisté.

Le 2e engagement pris par Laurent Gbagbo, c’est de repenser tous les problèmes et conflits que la Côte d’Ivoire a connus depuis le coup d’Etat de 1991 en passant par la rébellion de 2002 et la crise postélectorale et de réconcilier les Ivoiriens. Pour lui, il faut connaître les auteurs de toutes ces crises. « Donc je m’engage à engager le débat pour que sur toutes ces crises, on trouve les responsables et les responsabilités. A partir de ce moment, le pays peut faire sa vie normale », s’est-il juré.

Laurent Gbagbo s’est aussi engagé à « désendetter » la Côte d’Ivoire, pointant du doigt ceux qui croient que gérer un pays, c’est une affaire d’économiste. « Non, les techniciens que nous utilisons sont des économistes, mais la politique que nous utilisons, c’est la politique d’abord », a-t-il recadré, citant en exemple, d’anciens présidents français, Georges Pompidou, Jacques Chirac, François Mitterrand qui n’étaient pas économistes, mais qui ont géré le pays.

« Je m’engage aussi, à casser cette CEI (NDLR, Commission électorale indépendante) et à mettre en place un organe chargé d’organiser des élections qui apaisent tout le monde », a promis l’ancien président pour qui, il n’est pas normal que l’organe en charge des élections organise une élection où chacun se proclame président. « La CEI, il faut la changer. Je ne dis pas qu’il faut changer les hommes, mais il faut changer sa conception », a-t-il précisé, avant d’insister : « Je le dis haut et fort, il faut changer la CEI, il faut changer la structuration et il faut changer les hommes parce que dedans, il y a trop de personnes qui ont faim ».

Gbagbo s’engage aussi à favoriser le leadership des femmes et des jeunes et de transférer effectivement la capitale à Yamoussoukro.

Les producteurs n’ont pas été oubliés par le fondateur du PPA-CI qui s’engage à faire acheter leurs produits agricoles au prix juste.

Gbagbo s’engage en outre à faire baisser le coût de la vie et à augmenter le pouvoir d’achat, à lutter contre la corruption et à assainir le milieu des affaires ainsi qu’à rétablir une presse libre et viable.

Et pour terminer, le candidat investi du PPA-CI pour la présidentielle de 2025 a lancé cet appel : « Donnez-moi, le pouvoir pour que je vous le rende ».

Mais cette candidature reste problématique pour le parti puisque Laurent Gbagbo, « inéligible » n’a pas voté aux dernières élections car condamné par contumace en 2018 à 20 ans de prison dans l’affaire du « casse de la BCEAO ». Il a certes été gracié mais pas amnistié, donc toujours déchu de certains droits civiques.   

La question de la réinscription de Laurent Gbagbo sur la liste électorale préoccupe le PPA-CI qui dit se battre pour obtenir gain de cause. 

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Mali : les militaires au pouvoir affirment avoir déjoué un coup d’Etat

Journée de la Paix : le Premier ministre Patrick Achi prend part à une messe à la Basilique de Yamoussoukro